Black Rainbows : Supermothafuzzalicious | Review


Que ce soit la couverture (une des plus classes qu'il m'ait été donné de voir), le titre (ces mecs ne plaisantent pas avec les titres !), ou tout simplement l'écoute, on peut dire que l'album se donne les moyens d'attirer l’œil et les oreilles des auditeurs. Si l'album se veut comme un monument à la gloire du rock bien endiablé comme on l'aime (le morceau 'I love rock'n'roll' est à cet égard on ne peut plus explicite), autant dire que le trio italien de Black Rainbows se donne les moyens de ses ambitions.

L'album, qui ne fera certainement pas date par son originalité, se défend néanmoins efficacement sur tout les autres plans, tant les instruments et la voix s'entendent pour retenir l'attention de l'auditeur. Le rythme, les riffs et les solos de guitares  sont de véritables invitations à la pratique du headbang et du air-guitar, et l'on se retrouvera bientôt à sauter chez soi dans tous les sens. Autant dire que les morceaux passent sans peine l'épreuve de la scène : un peu d'imagination, et vous y êtes, si vous n'êtes déjà rendus en voyage mental sur la route 66, prêt à rallier sans étape Chicago à Los Angeles, avec quelques copains, un pack de bière sur la banquette arrière et la musique à fond ! pour des raisons de sécurité publique, je déconseille toutefois l'album aux conducteurs ayant l'accélérateur facile : c'est sensibles, c'est machins-là, et une limitation de vitesse est si vite dépassée...

"Supermothafuzzalicious" est un album somme toute classique que l'on pourrait résumer ainsi : simple et (très) efficace. Les chercheurs d'originalité n'y trouveront vraisemblablement pas leur compte, mais les amateurs de guitares saturée, en revanche, s'abreuveront pleinement des vibrations que vomiront leurs enceintes avec délice, seuls ou en groupe, chez soit, à la plage, en forêt, en concert ou partout ailleurs (c'est vous qui voyez après tout). Réussissant le petit exploit d'être constant sans jamais être ennuyant, l'album est à consommer sans modération, et de préférence à haut volume pour un effet maximal.

Archives du blog

La Planète du Stoner Rock 2016. Fourni par Blogger.