Stonehead - Inner Demons | Review


Stonehead est un groupe originaire de Dresde en Allemagne et qui signe son deuxième album avec « Inner Demons ». On ne va pas dire que c’est un ovni musical, mais cet album se veut varié musicalement parlant en surfant sur le stoner rock, le psyché, le hard rock à la façon Stoner Train et surtout des sonorités empruntées au metal !

Inner Demon, une bonne dose de stoner qui décoiffe


Le premier titre, subtilement intitulé ‘The End’, dure une douzaine de minutes ce qui est assez incongru pour une ouverture d’album. Pourtant, on se laisse prendre par cette petite balade aux forts relents de stoner progressif psychédélique – on notera que le didgeridoo dans un morceau de cette trempe, c’est relativement assez rare. Avec le deuxième titre ‘Mama Always Told Me’ on quitte cette ambiance psychédélique pour se retrouver dans un rocking-chair à boire de la bière sous un soleil de plomb et de préférence dans un désert, ou pas très loin. On n’est pas très loin d’une ambiance posée à la Stoner Train, mais en mode calme.

Sans doute l’un des titres phares de l’album, la troisième piste ‘Heaven Ain’t a Good Place to Be’ commence avec la phrase « this rock and roll rythm is filled with dynamite » avant de commencer sur les chapeaux de roues avec un rythme qui est endiablé ! Le refrain est très entrainant, les guitares vous scotchent et je m’imagine déjà ce que ça peut donner en concert : un véritable coup de pied au cul ! Les titres suivants restent très « metal » avec Nobbi le chanteur qui fait quelques passages en mode growl par moment avant de laisser la basse s’exprimer quelques instants avant d’envoyer un solo ; exception pour le titre ‘Numb’ qui se veut comme une sorte de pause au milieu de l’album, ici point de guitare électrique mais seulement de l’acoustique/folk avec un banjo pour accompagner le tout. Là encore, on n’hésite pas reprendre une petite bière pour bien se mettre dans l’ambiance. Mention spéciale au titre ‘One Life’ qui est l’un des meilleurs morceaux tant sur la partie rythmique qui est posée, que musicalement parlant avec toujours ce côté groovy et le refrain est diablement efficace, surtout avec les échos dans la voix de Nobbi.

Les titres ‘The Lights Did Not Shine’ et ‘The Last Drink’ nous propose de se poser de nouveau pour calmer nos ardeurs guerrières et de laisser baisser notre tension artérielle après ces doses de hard rock et de metal. On retourne donc un peu plus dans du stoner pour ‘The Lights Did Not Shine’ bien qu’il conserve un sacré côté saturé type metal. Nan, c’est bien ‘The Last Drink’ qui se pense comme un morceau de stoner posé avec une basse en intro avant d’entamer un petit riff fort bien sympathique le tout supervisé par un rythme de batterie très posée. Et avec ça, je reprendrais bien une autre petite binouze, à croire que les gars de Stonehead vont avoir raison de mon foie à force de nous pondre des morceaux qui donnent envie de boire comme un trou ! En revanche, les deux derniers titres de l’album sont en « trop » dans cet album qui aurait pu largement se contenter de neuf pistes puisqu’on retrouve les mêmes schémas rythmiques, musicaux que les autres mais avec du caractère en moins.

Que faut-il en retenir ?


Au final, Stonehead nous offre avec « Inner Demons » un album qui plaira avant tout aux personnes fans de metal et de stoner tant l’album se veut un mix entre ses deux styles et les gars de Stonehead le font très bien ! En somme, c’est un album qui s’écoutera avec quelques bons potes tout en buvant quelques pintes de bières. L’autre chose qui m’a marqué, c’est cette énergie que dégage le groupe rien qu’à travers le disque ; et cela ne peut qu’augurer du bon pour les performances scéniques qui s’annoncent très énergiques !

Archives du blog

La Planète du Stoner Rock 2016. Fourni par Blogger.