Truckfighters - V | Review



Voilà un peu plus de quinze ans maintenant que les Truckfighters sont dans le circuit. De ‘Gravity X’ à ‘Universe’ le groupe a posé sa griffe et a montré à plus d’un qu’il était un des maitres du fuzz rock. Le cinquième opus des suédois est donc sorti il ya un peu plus d’une semaine, voyons quel tournant Oskar et Dango ont décidé de prendre.

Le ton est donné dès le premier titre. Calm before the storm est plus calme, plus mélancolique et alterne entre passages calme et des moments tout en fuzz typique du groupe. Ce titre est le trailer de l’album que le groupe avait fourni et je dois d’y dire que déjà à l’époque il m’avait déjà bien accroché, l’envie du groupe de complexifier sa musique n’était pas pour me déplaire.

Comme si j’avais peur de voir les Trucks faire un album mellow, mettant le fuzz au fond du placard, voilà que déboule Hawshaw. Ce morceau doit être ma galette préféré de l’album. Ici on trouve l’alternance entre moment calme et bouillonnantes mais avec une touche un peu plus progressive. Le groupe a décidé de nous faire voyager au lieu de nous envoyer un autre parpaing et c’est tant mieux. Pour dire je n’ai jamais autant adoré les différents passages sur ce titre, entremêlant l’instrumental calme, le chant plaintif d’Oscar et les explosions fuzzesque que Dango déchaine.

The 1 s’ouvre sur une grossse explosion stoneresque. De nouveau on va retrouver des éléments qui étaientt là dans le premier titre comme l’alertance entre des moments calmes et d’autres bien punchy . Si l’alchimie fonctionne toujours sur ce titre je dois que je la trouve un peu moins réussi sur  Friend, qui même si reste un morceau très  plaisant, est un peu en deçà des autres.

Gehenna balance la sauce sur son ouverture pour devenir par la suite un morceau plus progressif, qui prend son temps à se déployer à mesure du ton employé par Oskar. On se perd, on navigue à vue, la fin du titre est tellement différente du début qu’on se demande si on est toujours dans le même morceau.

The Contract déboule dans une ambiance très ‘Universe’. Le titre dans sa construction et son ambiance me renvoi à un ‘Mind Control’ ou ‘Prophet’. Oui les moments calmes sont bien présents mais on ressent bien tous le son fuzz qui n’attend que d’être relâché par le groupe.  

On termine avec Storyline, dernière chanson de l’album et probablement la plus représentative du nouveau virage progressif pris par les suédois. En effet si le début du titre se rapproche d’un The 1 ou Friend, démontrant le côté moderne pris par le groupe,  on ne s’attend pas à l’arrivée ‘une guitare acoustique sur ce morceau. Le finish est costaud, à l’ancienne si je puis dire jusqu’à la guitare acoustique ce qui montre bien que Truckfighters  reste Truckfighters même s’ils ont décidés de s’assagir sur cet album.

Comme j’ai pu le signaler pour d’autres groupes, je salue la prise de risque du groupe. Vouloir s’écarter du son auquel on a habitué son public et vouloir ainsi innover n’est pas chose aisé. Un grand bravo au Truckfighters d’avoir réussi à avoir fait une révolution plus progressive, plus mélodique sans dénaturer le son tout en fuzz qui est leur marque de fabrique.

Archives du blog

La Planète du Stoner Rock 2016. Fourni par Blogger.