Sulfur Giant - Beyond The Hollow Mountain | Review





   Si on m'avait dit que cette année un de mes cadeaux de Noël me serait envoyé du Portugal, j'avoue que j'aurais pas su quoi dire, et pourtant "Beyond the Hollow Mountain", deuxième opus du quatuor lusitanien Sulfur Giant est là ! L'album fut publié en Avril dans sa version numérique, et est maintenant édité en Vynil depuis leur signature avec le label Pink Tank Record. Versant dans le progressif instrumental (Là plupart du temps, du moins) et fondé en 2014, le groupe sortira son premier EP "Towards The Light" la même année (je profite de l'absolue liberté que m'offrent ces chroniques pour vous le recommander chaudement, si vous n'êtes pas séduits dès les premières notes, je m'engage à ne manger que des endives jusqu'à ce que mort s'ensuive !).

   Et c'est en Avril 2016 que le groupe sortira "Beyond the Hollow Mountain" (je sais, on est en janvier, j'suis à la bourre !). Et nom de Dieu, c'est de la bonne ! Pour les grands fans de riffs et solos de guitares bien léchés comme moi, cet album est une galette d'or pure. Ce qu'on constate dans les premières mesures de 'Beyond The Hollow Mountain' c'est que les mecs se plaisent à jongler avec les rythmes, commençant par poser un rythme lent, presque doom avant de le casser pour un truc bien plus rock avant de le reprendre plus loin pour finalement le noyer sous des déferlantes de riffs endiablés ! Bref le morceau donne le ton : on va pas s'ennuyer ! 

   La recette est en quelque sorte la ligne de conduite de l'album : gros riffs, ruptures de rythmes et surtout, maîtrise ! Car que le rythme soit lent ou rapide, que les guitares soient grasses et lourdes ou au contraire légères et éthérées, qu'elles nous mettent le nez dans la poussières ou la tête dans les étoiles, les lascars ne cessent d'être aussi surprenants que passionnants, et on peut faire tourner l'album en boucle tout en rêvassant. Les courtes apparition de la voix sont certes assez surprenantes, celles-ci arrivant alors qu'on ne les attends plus, mais on s'y fait vite, celles-ci collant plutôt bien à l'ambiance.

Que faut-il en retenir ?


   Avec des morceaux aux titres aussi accrocheurs que 'Beyond The Hollow Mountain', 'Whisper At Dawn', 'Sulfur Giant' ou 'Sacred valley', Sulfur Giant laisse à l'imagination de l'auditeur le soin de le balader ou il veut depuis son canap' ('Evermore' est, en ce sens, un must absolue !). Autre aspect notable du groupe : la multiplicité de ses influences. Rock, stoner, psyché, blues, flirtant même parfois avec le doom, le groupe mélange,. entremêlant sans aucun problème les genres dans un même morceau sans pourtant lui faire perdre sa cohérence, en bref : on sent bien qu'ils s'éclatent, mais sans pour autant partir dans un délire dans lequel l'auditeur se retrouverait largué. Et on apprécie !

   

Archives du blog

La Planète du Stoner Rock 2016. Fourni par Blogger.