Cosmic Fall / Aphodyl – Starsplit | Review


Le bonheur tient à peu de choses. En l’occurrence, ici, le bonheur se trouve être de retour de vacances, de fouiner sur Bandcamp et de tomber sur une pépite. Vous savez, le genre de pépite dont on tombe instantanément amoureux pour peu qu’on aime déjà le genre musical. « Starsplit » est un split entre deux groupes allemands que sont Cosmic Fall et Aphodyl. Je vais être franc avec vous en vous disant que je connaissais vaguement le premier et que le deuxième m’étais totalement inconnu jusqu’à l’écoute de cette collaboration. Et quelle collaboration...

« Starsplit », une invitation pour un grand voyage au cœur du psychédélisme


« Starsplit » c’est avant tout une jaquette accrocheuse, aguicheuse et sans-chichi pour l’homme que je suis : ça parle de voyage spatial et donc j’avais déjà l’eau à la bouche dès le premier regard. Deuxio, là où j’ai su que j’allais dans une valeur sûre, c’est quand j’ai regardé la durée des titres qui excède tout le temps la dizaine de minutes. La durée minimale pour bien se mettre en condition du grand voyage qui s’annonce. Les deux premiers jams – ‘Overhead Intelligence’ et ‘Blues at CME’ - sont de Cosmic Fall qui n’y va pas par quatre chemins pour vous arracher de la surface de la Terre. A grands renforts de lignes de basses lancinantes, de fuzz et de wah-wah, le groupe parvient à vous propulser dans l’immensité intersidérale. Là-haut, on se laisse bercer par la musique qui sait surprendre son auditeur par des changements de rythme ou bien plus simplement en balançant un solo de guitare pile au bon moment pour magnifier ce voyage. Difficile pour moi d’en dire plus puisque c’est typiquement le genre de musique qui peut parler aux uns et pas du tout aux autres.

La seconde partie du split, qui se constitue de deux jams intitulés simplement ‘Jam 1’ et ‘Jam 2’ composés par Aphodyl, se montre d’autant plus surprenante. La première chose qui frappe c’est le côté psychédélique très différent de la première partie puisqu’il se montre beaucoup plus terrien, plus dur en somme et quelque peu perturbant. Ici on évolue clairement dans l’improvisation la plus totale avec des claviers, des solos de guitare qui vont et viennent et des interludes qui se montrent très étranges. On est ici en présence dans une sorte de rock psyché à tendance garage avec des sons inhabituels. J’ai toujours un peu plus de mal avec ce type de rock psychédélique, mais à ma plus grande surprise, plutôt que d'arrêter d'écouter, ca m'a rendu curieux, comme si j'avais le besoin d'aller jusqu'au bout de ces jams. Au final, après plusieurs écoutes, on se laisse facilement guider et surprendre par la musique qui sait toujours se montrer imprévisible.

Que faut-il en retenir ?


Avec « Starsplit » vous êtes en présence d’un album ayant deux conceptions distinctes du psychédélisme. Pour Cosmic Fall, c’est avant tout vous faire voyager dans l’immensité spatiale à la recherche des astres. Vous savez, comme quand pendant les nuits d’été on se prend à regarder la voute céleste et s’imaginer de se rendre sur l’une des planètes qui nous entourent ou bien tout simplement voguer à travers d'autres galaxies. Cosmic Fall y arrive à merveille. Aphoxyl, lui va plus faire dans la tendance psychédélique pure et dure. Comme si vous arriviez à destination de votre voyage spatial, sur une planète inconnue mais dont l’air est comme empli de LSD. Vous allez devoir vous perdre dans les méandres des jams pour tenter d’en ressortir indemne. « Starpslit » est l’une de ces très bonnes surprises de l’été, un album qui laisse votre imagination jouer avec la musique et ce, pour notre plus grand plaisir. Je ne peux que vous recommander de vous lancer dans ce grand voyage...

Archives du blog

La Planète du Stoner Rock 2016. Fourni par Blogger.