Hey Satan - S/T | Review


Depuis quelques années, le Stoner européen a le vent en poupe, avec en chef de file des places fortes telles que la Grèce ou la Pologne. Cependant, des scènes émergeantes apparaissent çà et là.  Hey Satan est un groupe suisse venant de Lausanne et tente à nous montrer qu'à défaut de soleil et de désert, on peut être inspiré pour écrire un album stoner rock influencé Heavy. Alors ce premier album éponyme est-il une réussite ? C'est-ce que nous allons voir.

"HEY SATAN", une petite perle d'efficacité à découvrir d'urgence


Dès le début de l'album, Hey Satan donne le ton. "Fallon City Messiah",  la première piste, nous accueille dans une ode aux bruits et à la délectation. La reverb dans la voix et cette entrée en matière que sont les premiers mots " Brothers and Sisters", me fait  penser à une messe orgianique mélangeant les effets Fuzz typique 70's à un rock plus catchy . S'en suit , le moment fort de l'album qu'est le diptyque "legal aspect of love" et " Sunshine blues". Ces deux morceaux sont fortement inspirés par Queens Of The Stone Age époque "Rated R" et "Songs For The Deaf". " Sunshine Blues" est, d'ailleurs pour moi, LA pièce maîtresse de cet album. Une chanson à la sensualité électrique exacerbée, idéale en cette période estivale, en cas de rencontre impromptue et éphémère. Un titre que l'on réécoutera cet hiver, en repensant aux moments vécus, un sourire aux lèvres.
"In cold blood" est un titre direct, accrocheur, au chant vaporeux avec un petit solo de guitare placé en son sein, une petite merveille d'efficacité et de simplicité. "1991", cinquième piste de cet album éponyme est un enfant bâtard de stoner/métal/ blues typé années 70. L'ensemble de l'album, qui se termine par le morceau instrumental " this meat stinks, Honey !",  est très équilibré, sans aucune redondance ni temps mort,  véritable plaisir d'écoute de bout en bout.

QUE FAUT-IL EN RETENIR?


Hey Satan, nous sort pour son premier album, un album à forte teneur en ré-écoute, idéal pour se faire des souvenirs entre amis, l'été, une bière fraiche à la main. Une très belle surprise, que j'ai vraiment hâte de voir défendue en live.  Je vais éviter, dans cette conclusion, la blague éculée des petits Suisses devenant grands, mais s'ils persistent sur cette voie, les Helvètes peuvent prétendre monter haut, très haut sur la scène stoner européenne. Et c'est bien là tout le bien que je leur souhaite !

Archives du blog

La Planète du Stoner Rock 2016. Fourni par Blogger.