Poseidon - Prologue | Review


Des profondeurs de la Tamise  voici qu’émerge Poseidon. Le combo londonien vient de sortir chez Ripple leur premier LP intelligemment nomme Prologue, une originalité de la part du label américain car Poseidon ne sévit pas dans le desert rock pour lequel le label est spécialisé mais plutôt dans un doom lourd et progressif.

Prologue, une introduction Heavy captivante


The Beginning, the End, the Colony démarre, après trois minutes,  par un son doom plutôt classique, le son est lourd mais pas écrasant. Puis Matthew Bunkell , le bassiste arrive avec sa voix claire et là le morceau prend toute son originalité. On est dans un mélange de lourdeur et de légèreté, les grattes faisant le pont entre la partie rythmique massive et les envolées lyriques de Matthew.

Autre morceau plus classique est Chainbreaker. On est un peu à mi-chemin de ce que pourrait être un mélange de Sunnauta et de Monolord : la voix éthérée, les riffs de taureaux de Matt Norris et Jamie Starke, Raza Khan le batteur qui découpe le morceau chaque fois qu’il décide de s’énerver sur ses toms. Pour faire simple le fuzz dégouline des enceintes inondant nos tympans pour notre plus grand plaisir.
‘Prologue’ n’est vraiment pas un album doom comme les autres, et le morceau Mother Mary  est ici pour le montrer. Le groupe se pose, sort sa guitare acoustique pour emmener l’auditeur sur une berge calme entre deux tempêtes sonores que sont The Beginning et Chainbreaker. Le morceau est bien construit et prend même le temps de déployer quelques notes mélancoliques au piano. Mais le morceau le plus abouti est sûrement Omega du haut de ses 16 minutes. Un conteur est présent au début du titre pour mettre en place l’atmosphère et qui, petit à petit, se fait remplacer par  les riffs du duo de guitaristes. Ce morceau est un voyage en pleine mer, Poseidon nous transportant selon ses envies, de mer calme en tempête furieuse, notre frêle esquif est ainsi balloté dans tous les sens. Un chef d’œuvre de perdition.

Que faut il en retenir


Si Omega est le titre qui clôt l’album, Poseidon n’en a pas terminé avec nous car comme l’intitulé de l’album l’indique, ‘Prologue’ n’est que le commencement d’une odyssée homérique que les britanniques veulent développer dans leurs prochains opus. Le voyage dans les mers du riff ne fait que de commencer.

Archives du blog

La Planète du Stoner Rock 2016. Fourni par Blogger.