War Cloud - War Cloud | Review



   Ripple Music récidive ! Je commence sérieusement à m'habituer à trouver mes derniers coups de cœur musicaux sous ce label californien qui frappe un nouvelle fois (en plein cœur, et en l’occurrence, le mien !) avec la sortie de l'album "War Cloud" par le groupe du même nom, sorti en ce mois de septembre.

Un seul mot, à mon sens, suffit pour résumer "War Cloud" : Jouissif !


   "War Cloud", c'est le nom qui provoque dernièrement des frissons incontrôlables dans la colonne vertébrale de votre serviteur, qui ne s'en remet pas et ne cherche de toute façon pas à s'en remettre. C'est un album que vous songerez à réécouter dès que vous l'avez finis, encore et encore. C'est un concentré d'énergie pure qui ne  ralentit pas (ou presque) un seul instant entre la première et la dernière note et qui réussit pourtant l'exploit de ne pas être lassant à un seul instant. Aussi chargé en rythme qu'un bon vieux Motorhead qui aurait eu un gosse avec Wolfmother, l'album se déguste d'un trait comme un shoot de whisky et est bourré de passages mémorables, tel le solo final de 'Divide and Conquer' (un solo génial parmi d'autres !), qui laissent à penser que les mecs ont du feu dans les veines et la guitare directement greffée au bout des doigts.

Que faut-il en retenir ?


  Un autre exemple de ce qu'il faut désormais bien appeler le "Ripple effect", "War Cloud" est une véritable bombe, le genre d'album qui vous retourne le plus blasé des auditeurs. Le seul reproche que je me permettrai de lui faire concerne sa durée : une demi-heure, c'est un peu court à mon goût (plus c'est long, plus c'est bon comme dirait l'autre !). Petit avertissement pour finir : les symptômes à l'écoute sont : Crises d'air-guitar, overdoses probables d'adrénaline, grand sourire niais et écrasement compulsif de l'accélérateur. En cas d'écoute prolongées, consultez votre médecin traitant (la rédaction de La Planète du Stoner Rock ainsi que le présent chroniqueur déclinent toute responsabilité concernant l'apparition desdits symptômes, vous êtes prévenus !).

Archives du blog

La Planète du Stoner Rock 2016. Fourni par Blogger.