Top 20 de Kevin | Copilote chez La Planète du Stoner Rock


Le mois de décembre est là. Ses fêtes, ses plats débordants de nourriture que l’on s’empiffre en famille et ses traditionnelles listes de fin d’année. Le Doc vous a déjà proposé sa liste et c’est donc à mon tour, le copilote, de m’y atteler. Mais avant cela je tenais à vous remercier d’être aussi nombreux à nous suivre - plus de 2000 au moment où j’écris ces lignes ! - que de chemin parcouru grâce à vous depuis nos petits 30 abonnés il y a pas si longtemps. Merci encore !

Allez on rentre dans le vif du sujet, le vaisseau spatial Kyuss666 a exploré nombre de contrées cette année et il en convient de vous fournir la quintessence de ce voyage.

20. The Wicked Ones - The Wicked Ones


Groupe mexicain venant de sortir leur tout premier EP. Il contient probablement une des plus belle voix que j’ai pu rencontrer cette année : Chess Malo. A noter une super reprise de Jefferson Airplane .

19. Gypsy Sun Revival - Journey Outside Of Time



Les américains sortent un an après leur premier self-titled album, leur deuxième opus : Journey Outside of Time. Gypsy Sun Revival est peu l’invité de dernière minute, celui qui avec leur riffs très flower power vous fait partir comme si vous étiez à Woodstock. En plus c’est Kent Stump de Wo Fat et John Mac Bain de Monster Magnet qui se sont occupés de mettre en boite ses jams hallucinogènes, une autre preuve s’il en faut de la qualité de l’album.
  

18. Solus - Satya Yuga



J’ai un penchant prononcé pour le stoner ‘méditatif’ étant tombé dans la potion magique d’OM  et de son Advaitic Songs. Dès les premières notes de "Satya Yuga" je savais que cela allait me plaire : du rock psyché mélangé à des instruments orientaux puis plus tard qui se voit agrémenté d’éléments post rock. Un grand bravo à ce mysterieux Solus pour avoir composé seul un tel bijou.

17. IAH - IAH

On part enfin titiller les étoiles avec IAH, une des très belles surprises de cette année. Les argentins ont créés un space rock aérien et galactique, qui n’est pas sans rappeler Naxatras. Les gars ont ce petit côté magique qui vous fait décoller dès les premiers accords pour vous perdre dans la Voie Lactée.

16. King Gizzard and the Lizard Wizard – Flying Microtonial Banana


Parler des australiens et de ce qui ont fait cette année prendrait beaucoup de place, je vais tâcher de résumer l’ensemble. La bande à Stu ont fait fort cette année avec 4 albums sortis (pour le moment) chacun avec son ambiance propre. J’ai choisi "Flying Microtonial Banana" de par ses micro-coupures, thème de l’album, et ses chansons bien barrées 'Rattlesnake' ou légères 'Sleep Drifter', pour moi le meilleur album des australiens de 2017.

15. Savanah – The Healer

On s’envole pour l’Autriche avec le deuxième opus de Savanah. Le groupe nous revient après un premier EP impressionnant salué par la critique. Et faut dire qu’avec "The Healer" Savanah a encore mis la barre haute. On garde sur la moitié de l’album cette patte jam léger / nuageux mais à la différence du premier, le groupe c’est renforcé dans le chant et la composition, les deux premiers titres en sont le parfait exemple notamment 'The Healer' et son refrain incantatoire.

14. Carson - Drown The Witness

Un groupe qui a traversé la moitié du monde mais qui a conservé son identité. Si le groupe peut rappeller Dozer sur les pistes du milieu d’album, il va plus loin et tâte d’autres répertoires, plus rock au début plus space parfois comme avec 'Pissing In The Wind'.Un album qui sent le bon le stoner fin 90 !

13. Samsara Blues Experiment – One with the Universe

Le retour en grand pompe des allemands 4 ans après un "Waiting for the Flood"  en demi-teinte. Le groupe a organisé ses jams, aiguisés sur le fameux "Long Distance Trip" , en tourbillons spirituels. D’ailleurs la nouvelle direction s’entend dès les premières notes de 'Vipassana' et perd son auditeur dans le grandiose 'One With The Universe'.

12. Stone From The Sky – Fuck the Sun

Une des perles francaises de cette année. Après un premier LP efficace, le groupe a travaillé pour sortir un space rock groovy d’orfèvre. Les manceaux oscillent entre les riffs promettant une invitation cosmique et le gros fuzz à même de vous secouer comme un prunier.

11. The Midnight Ghost Train - Cypress Ave.

Il vient un moment dans la vie d’un groupe où les membres s’interrogent sur la musique qu’ils font. The Midnight Ghost Train, groupe connu pour envoyer du pâté en live à coups de riffs de déménageurs, ont décidé de faire un virage à 180 degrés et de sortir un album non de stoner / fuzz mais de Heavy blues. Et c’est un très bel opus, les titres énervés sont toujours là comme 'Red Eyed Junkie Queen', mais le cœur de l’album ceux sont vraiment ces chansons plus calme, plus bluesy comme 'Tonight' ou 'Watchers Nest'. A noter le groupe s’autorise même un titre funk !

10. Dopelord - Children Of The Haze

Je l’avais dit lors de sa sortie en janvier dernier que cet album est une pépite, une gemme  de stoner doom qui allait se retrouver dans les listes de fin d’année. Cet opus est la master class du genre, on passe des titres weedé comme 'Navigator', à d’autres plus gras 'Scum Priest' tout en n'oubliant pas les titres plus rituels. Bref l’album stoner doom de l’année et un must have de 2017.

9. Red Scalp - Lost Ghosts

On reste en Pologne avec Red Scalp. L’originalité de l’album, en plus de l’univers indien, est d’avoir ajouté un saxophone. Oui du stoner avec un sax. Si je peux dire que ce morceau m’a désarçonné la première fois que je l’ai entendu, maintenant je trouve que ce dernier à sa part complète dans l’album, 'Lost Ghosts' étant une des plus belles chansons de 2017. A noter le titre taillé pour le live ‘With The Wind’.

8. Demon Head – Thunder On The Fields

J’ai toujours eu une relation particulière avec les danois de Demon Head. Je considère le groupe comme une des plus belles pépites dénichées sur Bandcamp et "Ride The Wilderness" un des albums les plus marquants autant dire que j’attendais beaucoup de ce "Thunder On The Fields". L’album est très bon, on est dans un mélange de doom occulte et de rock seventies, un peu comme si Black Sabbath et Led Zep avait un enfant en commun. Deux titres ressortent du lot sur cet album 'Hic Svnt Dracones' qui fait sonne comme une  épopée classique , une fuite en avant et ‘Gallow’Omen’, du doom à l’ancienne mais qui garde quand même la touche des danois.

7. The Necromancers – Servants of the Salem Girl

Une baffe et rien d’autres. Je pense que cela a été l’effet reçu par bon nombre d’entre nous au moment de l’écoute de ce "Servants of the Salem Girl". On est toujours dans du doom occulte avec une production, une composition d’une telle qualité qu’on jurerait écouter un groupe ayant 10 ans d’experience et non un groupe de petits jeunes.  L’influence Black Sab est là encore une fois mais toujours sublimé, ici via un son groovy et la voix de camionneur de 50 ans gorgée de whisky de Tom.

6.The Black Angels – Death Songs

Relaté la carrière des Black Angels et l’apport au Heavy Psyché prendrait bien trop longtemps tellement les américains sont des piliers du genre. Après un album précédent moins attrayant que les albums précédents (Passover <3), les gars d’Austin nous sont revenus avec "Death Songs". Dès les premières chansons on retrouve la patte du groupe, cette mélancolie, ces textes incisifs, ces reverbs à arracher le cerveau. A noter le dernier titre de l’album, Death Song, qui sonne comme un hommage à Nico et au Velvet Underground.

Bon on commence le Top 5 et l’ordre exact commence à être difficile à établir tellement ces albums ont tourné sur ma platine ou dans mon casque.

5. Spaceslug – Time Travel Dilemna

Spaceslug, qui a sorti son deuxième album en deux ans d’existence. Si "Lemanis", le précédent album, était un astéroïde, "Time Travel Dilemna" est une nébuleuse. La chaleur des riffs, l’énergie des morceaux tout renvoie à cette ardeur cosmique qui est non sans rappeler Sungrazer, dont les polonais ont voulu s’inspirer et rendre hommage. Les gars de Wroclaw ont bien rattrapé le bâton du space rock donné par les néérlandais et sont en passe de devenir un des piliers du genre.

4. Sasquatch – Maneuvers

Ce Sasquatch nouveau est un millésime. Dans leur longue carrière les américains ont d’excellents albums, d’autres un peu en deçà mais la patte Sasquatch était toujours présente.  Pour ce nouvel opus, le groupe semble avoir poli leur son, ajoutant un petit côté soundgardien à certains morceaux. Je ne sais pas si c’est l’arrivée de Craig Riggs, ou l’ajout d’un clavier sur certains morceaux mais le groupe a la super pêche et semble s’éclater comme jamais (grand et beau souvenir au RSF), ce "Maneuvres" est un grand cru.

3. Deadly Vipers – Fueltronaut

Bon vous vous en doutiez, les frenchies de Deadly Vipers allaient se trouver aussi haut tellement on vous a spammé avec et c’est bien normal. Que rajouter, quoi décrire sur ce groupe tellement il nous parait évident pourquoi on en est tombé accro. Que cela soit la voix John Garciesque de Fred, les riffs qui sentent la Californie et la chaleur du désert, l’énergie déployée qui donne envie de tout valser autour de soi. Quand on passe ces journées à explorer l’underground et qu’on tombe sur un morceau comme 'Supernova' autant vous dire que nous n’étions pas préparé à ce qui nous est tombé dessus. Allez renfiler le casque, passer le morceau et on se retrouve après.

2. Dvne – Asheran

L’album charnière, le vrai. Je suis heureux d’avoir pu écouter et écrire sur un des plus beaux disques qui m’est tombé entre les mains. On a un "Blues for the Red Sun", ou plus dans le contexte un "Crack The Skye" et bien maintenant pour Dvne on a "Asheran". Passer d’un bon groupe de métal à un groupe qui devient bien plus est quelque chose d’unique. Difficile de décrire le style tant le doom, le stoner, le métal, le prog se mélangent. Tellement de choses dans cet album mérite que l’on s’attarde dessus que cela soit au niveau des deux  voix, du concept, de l’organisation de l’album. Dvne a changé de dimension et peux faire face aux plus grands sans complexes.

1. The Flying Eyes – Burning of The Season

Difficile d’expliquer exactement le style des américains ; du rock parfois psychés, parfois bluesy avec des riffs décapants ou au contraire calme, bref on s’y perd. Où on ne risque pas de se perdre c’est avec la qualité de "Burning of the Season". Chaque chanson a son énergie propre, une combinaison de la basse catchy de Mac Hewitt, des riffs extraterrestres d’Adam Buffano, du jeu de batterie d’Elias Schutzman  ou de la voix envoûtante de Will Kelly. Mais je crois ce qui m’a encore plus attiré c’est les paroles, la poésie émanant des mots énoncés par Will. Peut-être à première vue, il ne s’agit pas d’une œuvre litteraire, mais incanté par Will Kelly, avoir l’ensemble du groupe accompagnant et embellissant chaque mot, créé une magie unique, un roman qui nait au début du titre et meurt après l’expiration de la dernière note. Enfin je voulais leur rendre hommage car le groupe a annoncé leur séparation, "Burning of The Season "est le chef d’œuvre qui clôt en apothéose l’aventure de la bande de Baltimore.

Le mot de la fin


L'année 2017 a été une année musicale intense et n'en choisir que 20 albums est une tâche difficile tellement de groupes mériteraient d'en faire partie. 2018 s'annonce déjà fort intéressante avec les nouveaux albums de Corrosion of Conformity ou Monster Magnet, en espérant ceux de Fu Manchu et de Sleep. Restez en orbite et gardez le contact avec la Planète pour le Top de l'Amiral.

Archives du blog

La Planète du Stoner Rock 2016. Fourni par Blogger.