Somali Yacht Club - The Sea | Review


Apres "The Sun", premier LP de bonne aloi qui, même s’il n’a pas réinventé la roue du stoner, a créé une ossature robuste pour le trio ukrainiens et permis de se faire faire un nom. Ce qui reste à l’esprit quand on parle de Somali Yacht Club c’est l’expérimentation, cette petite touche d’originalité au milieu des riffs stoner que nous connaissons bien. C’est avec donc une grand curiosité que je m’attaque à ce "The Sea".

"The Sea" marque la prise de maturité d’un groupe déjà talentueux


Blood Leaves A Trail est le premier titre disponible de l’album. Un titre à l’image du nom de l’album avec un mélange de passage puissant et d’autres plus apaisant, un peu comme la mer, tantôt féroce, tantôt douce. La basse d’Artur ronronne jusqu’au rugissement riffique de la guitare de Mez. On est ici plutôt en terrain connu avec un morceau fort plaisant taillé pour le live. 

On poursuit avec les deux titres calmes de l’album : Hydrophobia et 84 Days. Le premier est un titre original pour un album s’intitulant la mer et s’ouvre par la basse d’Artur, dont j’attendais encore un peu plus sa mise en avant tellement le bassiste rajoute du calibre aux premiers titres. On retrouve des éléments qui rappellent le groupe Moewn pour le rendu ‘aquatique’ du morceau. Un morceau calme et reposant jusqu’à ce qu’une explosion grasse retentit alors que l’on somnolait, donnant l’effet d’un punk arrivant dans une maison de repos au moment de la sieste. Sieste que l’on pourra d’ailleurs reprendre avec 84 Days, balade encore plus tranquille que sur Religion Of Man. Morceau planant qui sent bon de nouveau l’exploration musicale et le jam. Un titre instrumentale plaisant jusqu’à la voix qui ne me semble par forcément nécessaire sur ce titre et casse un peu la rêverie.


Mais pour moi le cœur de l’album, là où les ukrainiens expriment leur inventivité se situent dans les deux premiers titres de l’album : Vero et Religion of Man.

Vero est donc la première piste de ce "The Sea". Le titre est justement l’exemple parfait de l’ingéniosité du trio : on retrouve un titre léger aux accents post rock qui donnent un aspect scintillant, éthérée au titre. La rythmique n’est pas en reste et la basse bien ronflante vient contrebalancer la légèreté de la gratte , on se perd comme dans un rêve. Un petit break doucereux permet à la basse de s’exprimer puis c’est à Mez de prononcer ses premiers mots. Un changement de motif pour l’émergence d’un gros riff bien baveux, les trois instruments montent en puissance pour s’unir donnant un aspect plus stoner et après au final du morceau.
Religion of Man a un aspect plus solennel, la voix se déployant dès le début pour mettre en place l’atmosphère du titre. D’ailleurs à noter que Mez s’est amélioré depuis "The Sun" et arrive mieux à transmettre les émotions. On sort son bâton d’encens et on plane en questionnant notre plan existentiel. Puis un morceau qui devait être une ode méditative part petit à petit en jam où le psyché, le post rock et le stoner se côtoient sous les coups de pédales de Mez.On se retrouve déboussoler à ne plus savoir quoi faire de son encens, si on doit planer ou taper du pied. Le morceau marquant de l’album et aussi le plus complexe. Mention spéciale pour le batteur, Lesyk,  qui structure le titre et redonne un punch au final.
Un riff qui n’est pas sans rappeler Monster Magnet et Crows vient clore l’album. Le titre est un peu le pendant de Vero et récupère certains de ses éléments ‘légers’ afin de renvoyer l’auditeur dans les nuages pour côtoyer les corbeaux.

Que faut-il en retenir ?


"The Sea" est l’album de la maturité du groupe : les ukrainiens ont peaufiné les éléments vue dans "The Sun", chanteur travaillé sa voix, les expérimentations sont plus nombreuses et plus sûre d’elle-même (notamment sur les deux titres longs de l’album). On souhaite au groupe d’écumer l’Europe avec The Sea qui sera sans nulle doute une des perles de cette année !


Archives du blog

La Planète du Stoner Rock 2016. Fourni par Blogger.