Stuck in Motion - Stuck in Motion | Review


Stuck In Motion. Au départ une notification de plus sur ma timeline me dis-je. Une pochette psychédélique, un groupe venant de Suède, voilà un nouveau groupe de rétro-rock. Oui pas seulement c'est ce que je vais essayer de vous expliquer pourquoi je repasse cet été l'album en boucle.

"Stuck In Motion" ou la bande son estivale à ajouter dans sa collection


Ut Pa Bar démarre et oui le rétro rock est là. Un son de clavier doux , une mélodie calme on est en plein territoire connu. Un accord bluesy plus tard et voila que le chanteur débarque en suédois. Si au depart on pourrait les rapprocher de Graveyard, le clavier, la voix suave du chanteur les démarque assez nettement, seul la guitare de  Maximilian pourrait renvoyer à Jonathan La Rocca-Ram de Graveyard. Un solo de clavier plus tard et le titre s'emballe pour finir en apothéose. Alors que l'on s'attend avec un autre titre dans la même veine, voilà que Moon ouvre lentement la porte.Une touche jazzy au piano , une basse caressante, une batterie douce comme la couette du matin et on est parti pour dodeliner de la tête. Peut être pas le morceau de festival mais plutôt celui qui vous réconforte après une sale journée. Slingrar repart tâter les 70's. rajoute du fuzz à sa guitare et alterne avec l'impétuosité de au clavier accrochant l'auditeur au sol.Un autre petit tour dans le revival avec Going Blind, où Max nous déclame son spleen amoureux. Le titre s'emballe le temps d'un break au clavier mais reste en soi mélancolique.

Outre Moon qui donne un aperçu du talent du groupe en dehors de ce revival suédois, c'est surtout les deux diptyques de l'album qui expose toute l'originalité du combo.
Dreams of Flying nous propose un son psychédélique léger, délicat même. La guitare mélancolique nous susurre cet envie de voler. La basse ronflante donne du corps à ce rêve et aide l'auditeur à s'imaginer pouvoir s'arracher à la gravité terrestre.Puis après le rêve voilà venue le moment  de franchir le pas. La guitare s'efface totalement pour laisser la place à la mélodie entêtante du clavier et à la basse cotonneuse. 
Bon j'ai un péché mignon pour ceux qui me connaisse j'adore l'ajout d'instrument à vent dans les titres, cela donne une ambiance unique aux titres et permet d'explorer de nouvelles frontières musicales. C'est ce que fait Orientalisk. L'arrivée du saxophone emmène le trio dans un jam instrumental aux fortes couleurs exotiques de l'orient méditerranéen .Eken s’emboîte si parfaitement qu'on se demande s'il valait bien la peine de séparer ces deux titres. Le sax s'efface au profit d'une flûte qui oui encore une fois donne cette ambiance légère et nuageuse. On se représente facilement à l'ombre d'un arbre, regardant la vie bourdonner autour de nous. On ferme les yeux un instant et alors que l'on tombe dans les bras de Morphée, l'album se clôt telle une brise estivale.

Que faut il en retenir ?

Il faut toujours être curieux. Grand bien m'a pris d'avoir découvert ce trio du Nord, vendeur de pizza à leurs heures perdues, qui à coup de riffs délicats et léger a créé la bande son de mon été. Installez vous confortablement, appuyez sur Lecture et laissez vous porter par Stuck In Motion.

Archives du blog

La Planète du Stoner Rock 2016. Fourni par Blogger.