Red Sun Atacama - Licancabur | Review



Avant de lire les lignes qui suivent, je vous recommande vivement de vous accrocher dans le fond de votre fauteuil. Des précautions s’imposent lorsqu’on s’apprête à écouter « Licancabur » des parisiens de Red Sun Atacama : la baffe sonore risque de faire mal ! Le groupe officie dans la lignée des grecs de Planet of Zeus ou bien des américains d’Atomic Bitchwax. Pour faire simple, ils font dans le gros stoner qui ferait bouger une mémé en fauteuil roulant. Je m’explique.

« Licancabur », gros son en approche !


La piste ‘Gold’ qui ouvre l’album lance l’auditeur dans le monde de Red Sun Atacama : un monde où si vous ne supportez pas la puissance des riffs, il est inutile d’aller plus loin. Les riffs agressifs envoient du lourd et on s’imagine déjà au beau milieu d’une foule qui ferait des pogos à tout va. Mention spéciale au chant de Clem Marquez qui contribue à renforcer la claque que se prennent les tympans. Le solo qui arrive vers la seconde moitié du titre est tout aussi jouissif et transporte loin dans le désert aride d’Atacama ; et quel plaisir d’entendre le rythme ralentir pour mieux appuyer sur la pédale d’accélérateur de la Camaro par la suite ! ‘Red Queen’ garde la même formule en dévastant tout sur son passage avec l’impression que les hauts parleurs vont lâcher prochainement. A l’écoute, je me demande comment le batteur peut tenir la cadence en concert puisque c’est un véritable déchainement de percussions sur les fûts.

La puissance des riffs fait parfois penser aux californiens de Sasquatch, notamment l’effet « décapage » des tympans qu’on peut ressentir sur leur premier album : ça montre bien comment le stoner est issu de l’énergie punk ! Et de l’énergie, Red Sun Atacama en a revendre, d’ailleurs sans doute un peu trop car lorsqu’on arrive vers la fin de l’album, on a la sensation que la musique tourne un peu en rond malgré les baffes successives. Mais bon, je cherche un peu des poux à un chauve puisque l’album reste bon dans son ensemble.

Que faut-il en retenir ?


On ne vous le redira jamais assez, mais pensez à attacher votre ceinture avant d’écouter « Licancabur » ! Pour un premier album, Red Sun Atacama décide d’enfoncer les portes à grand coup de pieds sans crier gare à la fragilité des tympans ! Quel plaisir d’entendre des riffs et des solos de cette trempe, mais c’est surtout cette foutue énergie qui marque les esprits. Alors certes, comme mentionné plus haut, on peut trouver que le disque montre quelques signes de redondances ; mais là encore tout dépend des personnes. Personnellement, il me tarde d’aller les voir en concert pour tester ma résistance physique à la grosse claque sonore ! Amateurs de vinyles, « Licancabur » est disponible chez More Fuzz Records avec deux éditions. Si le son vous plait, faut pas hésiter à se faire un petit plaisir !

Archives du blog

La Planète du Stoner Rock 2016. Fourni par Blogger.