LIVE REPORT | DURNT FEST 2018





J'ai eu l'opportunité, les 2 et 3 novembre de me rendre au DURNT FEST 2ème édition, festival prenant place sur deux sites : le vendredi à la Salle de la Tour de Voisins Le Bretonneux et le samedi à l'Usine à Chapeaux  de Rambouillet. Ce petit festival organisé en collaboration entre Frénésique et Met'Assos avait une affiche démentielle comme vous pourrez le lire à travers ce report, je n'ai donc pas hésiter à parcourir quelques centaines de kilomètres pour vous faire profiter au mieux des sets offerts par le groupes présents. Mais assez de blabla, rentrons dans le vif du sujet.


DURNT FEST 1er jour - Salle de la Tour 

Voisins le Bretonneux (78)


Première belle surprise : la salle est magnifique. Composée de 4 étages (scène et restauration  au rez de chaussée, merch en sous sol, bar au 1er étage et enfin loges/VIP au second), on sent que les organisateurs ont mis les petits plats dans les grands. Tout est fait pour que le public soit reçu le mieux possible, du vestiaire (gratuit) à la bière locale en passant par les tarifs au cordeau, impossible de ne pas se sentir bien dès l'arrivée sur le site. Seconde surprise : la qualité sonore impressionnante ! Toutes les ambiances créées par les groupes sont retranscrites à la perfection, le mixage est vraiment qualitatif. Passons désormais aux concerts du jour :



Il n'est jamais aisé d'ouvrir un festival pourtant Eletric Retro Spectrum le fait de fort belle manière. Avec son stoner/grunge/psyché, le trio Parisien nous embarque  dans des ambiances sombres et énergiques passant par des morceaux aux couleurs cold wave puis dans des rythmiques punk voire noise. Tara, la chanteuse principale, a une voix très particulière et ultra expressive malgré son jeune âge, un mélange entre Janis Joplin et l'artiste punk Siouxie . Mention spéciale au titre " sexual kill " dont l'apport de l'orgue apporte une bouffée d'espoir dans toute cette noirceur ambiante. Ce fut une belle découverte et une entrée en matière plus que remarquée. Bravo à eux! 


DECASIA

Un autre trio Parisien vient alors pour continuer la soirée : Decasia. Nous nous retrouvons ici dans une toute autre ambiance, puisque la reine Fuzz sera de mise tout au long du set. Le combo nous offre ici un Heavy Rock Psyché parfois penchant vers le Doom mais hautement énergique. La foule éparse semble apprécier et commence à remuer doucement.  Ne connaissant que trop peu le travail des Parisiens, je suis d'autant plus conquis par le set présenté ici. Le groupe envoie le bois tout en ayant des bouffées de fraîcheur apportées par des touches ambiantes voire cosmiques, la seconde partie rêvée pour la tête d'affiche de la soirée. 

SPACESLUG :



Pour leur deuxième date en France, Les Polonais ( en tête d'affiche) ont décidé de mettre tout le monde d'accord. Avec leur Doom spatial désormais tinté de Black Métal depuis la sortie cette année de "Eye The Tide", Spaceslug a mis une énorme fessée à tout le public. Le groupe, en parfaite symbiose, a su nous embarquer parmi les étoiles tout en nous rapprochant au plus près des trous noirs. Une puissance éthérée, des chants planants, j'attendais beaucoup de leur prestation et je fus plus que servi. Les ambiances sont parfaitement retranscrites tout en sachant réinterpréter par instant les morceaux. Ce fut incroyable de voir autant de maîtrise, un véritable vaisseau spatial s'est posé sur nous.  Tout le monde ressort de la salle rincé, sonné mais avec un énorme sourire. Un des meilleurs concerts de l'année.

SET LIST
Proton Lander
Living The Eternal Now
Grand Orbiter
Words Like Stones
Supermassive
Parahorizon
Great Pylon Collider
Obsolith
Hypermountain

EYES FRONT NORTH

Difficile de passer après une telle claque reçue. Cependant, Eyes Front North a la lourde tâche de clôturer ce premier jour. Et justement, la lourdeur est leur spécialité ! Le quatuor envoie des riffs pesants dans un style Post-Métal aux relents Black dans la lignée de ce que peu proposer Neurosis. N'étant pas un spécialiste du genre, je me suis laissé envoûter par leur compos massives et organiques. Une seconde écoute sur album est pour autant obligatoire pour un néophyte comme moi afin de comprendre tous les détails et autres subtilités qu'offre la musique des Franciliens.  Un beau voyage introspectif et encore une découverte qui clôture cette journée . 

Une première journée riche en découvertes avec en point d'orgue la gifle qu'a été Spaceslug. Seule ombre au tableau, la faible influence (une quarantaine de personnes présente). Demain changement de lieu et de décor, pour un samedi qui s'annonce monstrueux. 

DURNT FEST 2ème JOUR - L'USINE A CHAPEAUX - RAMBOUILLET (78) 

Après une première journée placée sous le signe du Doom et de sa noirceur, j'attaque cette deuxième journée avec hâte. En effet, je vais retrouver ici des groupes qui me sont déjà connus et dont j'attends le set depuis quelques temps. Cette deuxième journée "velue" est la raison de ma venue sur le festival donc autant dire que j'en attends beaucoup. Et autant vous dire de suite, je n'ai pas été déçu.

HUMAN TOY



Comment décrire cette Objet Musical Non identifié ? Human Toy est un duo jouant un Rock'n Roll sur fond de boite à rythmes qui emprunte beaucoup à la new wave/ rock gothique 80 avec une énergie punk. Poupée Mécanique au chant/ théremine/ maracas, en corset et talons de 15 cm, nous offre une prestation  tout en sensualité et second degrés. C'est bien simple je l'ai cru sortie tout droit du film légendaire " Faster Pussycat! Kill! Kill!" de Russ Meyer, l'auto-dérision en plus. Quant à Jon Von, le nouveau guitariste, il envoie des riffs simples voire basiques mais tout à la fois hypnotiques. Je ne m'attendais pas à ce genre de style sur l'affiche mais quel pied! Le public s'est rapidement mis à danser et la simplicité apparente des morceaux cache en fait une véritable machine pour faire bouger des corps. Le concert est passé à une vitesse incroyable et a rameuté l'ensemble de la foule en à peine 2 morceaux. Un pari réussi pour l'organisation et une prestation qui en marquera plus d'un, moi en tête !


Comme vous le savez sûrement, la rédaction a des choix bien souvent divers et variés quand il s'agit de Stoner. Certains aiment lorsque c'est heavy et que ça va à 200 km/h, d'autres quand c'est plus torturé, lent, avec du saxophone dedans. Cependant s'il y a bien un groupe qui a mis tout le monde d'accord chez nous en 2017, c'est bien les Perpignanais de Deadly Vipers. En effet, le groupe peut se targuer d'avoir squatté le haut de nos tops l'année dernière tant "Fueltronaut", leur premier effort, nous avait marqué. Impatient de les voir enfin sur scène, et n'ayant pu assister à leur 1er concert parisien il y a quelques semaines, je n'ai vraiment pas été déçu du voyage ! Dès les premières notes de "Doppelganger sun", le public est déjà en fusion. Et l'arrivée de Fred, le chanteur, ne va pas nous calmer pour autant. Haranguant la foule, le frontman, qui tournait comme un lion en cage quelques heures avant le concert, libère toute son énergie pour captiver le public. David, le guitariste aux faux airs de Mister Cool Brant Bjork avec son bandeau dans les cheveux, nous montre ici toute sa dextérité et sa virtuosité. Quant à la section rythmique, elle n'est pas en reste tant Tom à la basse et Vincent à la batterie tiennent la baraque. Impressionnants de maturité, les sudistes roulent sur le public comme un rouleur compresseur, les premiers pogos se forment et les têtes ne finissent pas de remuer. Les chansons défilent à une vitesse folle, le groupe nous offrant même deux nouveaux morceaux " Welli Wello" (titre provisoire) au milieu du set et "Ending Witness" qui finit par achever le public. Bravo Messieurs, ce fut une véritable correction que vous nous avez infligée ! Vivement la prochaine ! 

SET LIST :

Doppelhanger Sun
Universe
The Prey Goes On
Welli Wello (titre provisoire)
Meteor Valley
Dead Summer
River Of Souls
Supernova
Ending Witness

RED SCALP :

Après une petite coupure nous permettant de reprendre nos esprits, c'est désormais à Red Scalp de venir sur scène. Cela faisait une très longue période que les Polonais n'étaient pas venus dans nos contrées et autant dire qu'ils n'ont pas fait la demi-mesure ! Un set ultra puissant, incroyable d'énergie, le public n'attendant qu'un signal pour chanter en choeur les refrains catchy comme sur l'inoubliable " Tatanka", "Mantra Bufala" ou même "Dance on the sun". Les spectateurs présents prennent un pied monumental, les autres groupes assistant même au set tant le groupe est fédérateur. Jedrek et sa bande sont heureux d'être là et leur joie est contagieuse ! Le groupe conclut par "Lost Ghost" l'un de leur hymnes issu de l'album éponyme et sur l'incontournable "Rituals". N'en jetez plus, les Amérindiens Polonais ont eu nos scalps pour notre plus grand plaisir. 

STONEBIRDS

Ayant eu l'opportunité de les voir pour la première fois en juin dernier, j'étais impatient de revoir Stonebirds. Les Bretons pratiquent un Doom/Sludge avec quelques pointes de pysché rendant le tout mélodiquement sombre : un style inclassable pour un des mes groupes préférés de la scène Française. Le chant déployé par Fanch appuyé de Sylvain me prend aux tripes à chaque fois et me retourne comme peu de groupes savent le faire. Le groupe fait la part belle à "Time", l'album sorti l'année dernière et créé une ambiance forte en émotions. Malgré la fatigue, je dois avouer avoir jeté mes dernières forces dans leur set et la récompense en a été plus que belle. Une parfaite fin de soirée en compagnie d'un de mes groupes favoris que demander de plus?


Un très beau festival avec une affiche de furieux, c'est ce qu'il faut retenir de ce DURNT FEST 2ème édition. Peut être sera-t'elle la dernière malheureusement car l'affluence a été très faible malgré la programmation. C'est fort dommage que la scène parisienne ne se soit pas déplacée, les 50 kilomètres à faire semblant rédhibitoire pour certains. L'organisation avait pourtant tout fait pour que ce soit parfait en tout point. A titre personnel, je tenais à remercier Pierre-Yves, Marine, Céline, Claire, pour leur accueil, l'ensemble des bénévoles, Quentin, Catherine, Deadly Vipers pour l'interview et toutes les rencontres faites sur place. Ce fut une superbe édition, félicitations et encore un grand merci à tous ! 

Archives du blog

La Planète du Stoner Rock 2016. Fourni par Blogger.