Après un apéro qui se prolonge dans la nuit et un semblant de nuit réparatrice, me voilà reparti pour Bourlon pour ce jour 2 sous des températures caniculaires. Cependant, l'organisation avait pensé à tout en plaçant au bar des bonbonnes d'eau gratuites et en dépêchant 2 bénévoles armés de pulvérisateurs afin de rafraîchir les festivaliers qui en avaient bien besoin. Quand je vous dis que tout était parfaitement pensé!  Additionné au site relativement bien ombragé, tout était réuni pour passer une magnifique journée . Quant à la programmation ? Rassurez vous, nous y plongeons désormais.



30,000 MONKIES
Ayant la difficile mission de chauffer la foule déjà présente en masse, les singes Belges nous ont mis rapidement d'accord avec leur noise/sludge des plus gras. Absolument pas avare sur l'énergie, ils nous ont mis une bonne peignée pour débuter la journée. Première découverte du jour et première claque, la journée commence bien! Merci messieurs.
30000monkies.bandcamp.com



THE K.
Ici, on plonge dans du Street Punk/ Noise on ne peut plus hardcore! Les Belges (oui oui encore!) avaient décidé de nous rosser et de marquer les esprits : Mission accomplie avec les félicitations du jury!  Jouant nus, déterminés comme jamais, ils nous ont prouvé que la scène noise belge est une des scènes les plus intéressantes du mouvement!  Une p*tain d'énergie combinée avec ce qu'il faut d'attitude, un combo toujours gagnant avec moi!
theknoise.bandcamp.com



NOUVEAUX CLIMATS
C'est avec un set solaire que les Lillois nous ont surpris. Avec des compositions hyper positives très typées années 70, NOUVEAUX CLIMATS a su nous embarquer dans leur univers cinématographique. Une jolie bouffée d'optimisme en ce milieu d'après-midi, cela fait vraiment du bien. Hâte de pouvoir les revoir dans la région.



WYATT E.
Je n'avais jamais encore eu l'occasion de voir WYATT E. en concert étant pourtant friand de leurs compositions. Ce concert, même si la mise en place fut quelque peu laborieuse, a été un véritable bonheur de bout en bout. Doom lourd arabisant, ambiance subtile, mix parfait permettant de profiter de toutes les subtilités, un véritable kif! Je demande à en voir encore.



RUFF MAJIK
Beaucoup sont venus voir les Sud Africains comme une bête curieuse, un peu perdu dans le Nord de la France. Tous sont repartis avec le cul botté et des envies d'encore. Le trio a réussi à convaincre l'assistance au complet avec leur son garage groovy et leur énergie communicative. Slam, pogos tout y passé, le bassiste s'amusant même a jouer depuis la foule ou la fosse photographes. Une autre excellente découverte à (re)voir au plus vite.



BO NINGEN
4 japonais et la déesse Fuzz : il n'en faut pas plus pour le plaisir de festivaliers. Un set psychédélique au cordeau, une sensualité palpable de tout les instants, les néo londoniens nous ont offert une prestation superbe. Déroutant dans leur coté noise, rassurant dans leur coté stoner, une vraie épopée lyrique nous a été offerte. Sublime tout simplement. 







ARABOT
Je n'ai malheureusement pas su rentrer dans le set des Norvégiens. Leur ambiance dark pop m'a laissé pantois, ne sachant pas comment ingérer leur musique. Les quelques retours glanés ça et là ont été aussi peu dithyrambiques que moi. Dommage! 



CORROSION OF CONFORMITY
Une des légendes de Nola qui succède en tête d'affiche à une autre légende de Nola ( EYEHATEGOD). J'ai eu par le passé l'occasion de voir Pepper et les siens mettre de sacrées roustes à des publics tout acquis à leur cause. Mais là... Un son manquant de pêche, le groupe déballant leur musique, j'ai eu l'impression parfois d'écouter un cd. Le set a été linéaire, le groupe enchaînant les riffs comme d'autres enfilent les perles. Le public a semble-t'il bien apprécié la prestation, pour ma part, je ne me suis pas senti concerné.



COILGUNS
La branlée du festival! Les suisses ont su attendre la dernière minute pour faire déferler leur hargne et leur rage sur le public resté en masse. Enchaînant les poses grotesques (dans le sens noble du terme) et le mouvements similaires à de la danse moderne, Louis le chanteur crache son fiel au visage de qui veut l'écouter. Une prestation digne d'un happening voire d'une performance qui ne fait pour autant pas oublier la lourdeur et la puissance chaotique qui règnent en maître sur leur son black hardcore. J'ai eu du mal à me remettre de ce concert en parlant encore 35 minutes après de manière hagarde.


Le ROCK IN BOURLON 2019 a été une franche réussite de bout en bout. L'organisation a su éviter avec brio l’écueil de la canicule en proposant des solutions simples, gratuites et salvatrices. Le public bienveillant a toujours été présent en masse qu'importe l'horaire du concert. Je marque déjà d'une croix rouge la prochaine édition qui fêtera les 10 ans du festival, et en ayant annoncé MESSA, je ne peux qu'être présent. Vous faites quoi les 26/27 juin 2020? On se retrouve autour d'une bière locale, Place de l'Abreuvoir?



0 Commentaires