Aujourd'hui je voulais vous présenter un aventurier du fuzz perdu un peu original en parlant non pas de stoner mais de drone, de post rock, de shoegaze et tout autre expériementation sonore qui a pour effet de brinquebaler l'auditeur dans un fouillis étourdissant.

Monomyth - Orbis Quadrantis


Après 3 ans d'attente les néerlandais de Monomyth sont de retour avec 'Orbis Quadrantis'. Situé quelque part entre un rock dronique et progressif, le groupe invite l'auditeur à bord de son vaisseau dans les mers sonores. Aquilo est une magnifique illustration du propos de cet album, long, lent, poétique. Toutefois comme la mer celle ci s'agite, les riffs affleurent à la surface. Eurus,sa cowbell et son groove, Auster et son krautrock sont d'autant des illustrations du vaste panel musical que le groupe propose au long de son odyssée sonore.

Wozniak - The Space Between The Trees


On oublie le monde un moment et on s'émeut devant la reverb propre et fragile de Wozniak. Les écossais proposent un shoegaze doux et mélancolique, de celui des samedis soirs pluvieux. Karate Kid et sa mélodie de boite à musique ou Slacker et les murmures presques inaudibles du chanteur sont des vrais instants de répis à déguster avec parcimonie.

Oh Sees - Face Stabber


On change d'ambiance et on rentre un peu plus dans la folie avec le dernier Oh Sees intitutlé 'Face Stabber'. Le groupe est toujours aussi déjanté et il le prouve dès l'intro du premier titre de l'album 'The Daily Heavy' joué avec un jouet en plastique. Comme d'habitude avec Oh Sees il y a à boire et à manger : des morceaux courts de 2 minutes à l'énergie punk (Gholu, Face Stabber, Hearthworm), et à l'opposé de véritables expérimentations sonores de plus de 20 minutes (Scutum and Scorpius, Henchlock).L'intensité sonore est au rendez vous, riffs puissants, wahwah à tout va, le groupe se régale.Un album fou, bizarre, durant lequel on ne s'ennuie jamais tellement on se perd au grès des improvisions du trio californien.

Ecstatic Vision - For The Masses


On continue de pousser le bouton de la disto plus loin avec le dernier Ecstatic Vision. Les américains ont polies leur son et décidé de faire vriller la tête de leur auditeur. Shut Up and Drive en est la parfaite illustration, un rtyhme et un groove certain noyés dans un océan grésillant. Yuppie Sacrifice semble encore plus désincarné, rendant mécanique des sonorités primaires (tambours et autre saxophone). D'ailleurs le bizarre devient un véritable foutoir avec le titre éponymne  For The Masses. Tel un titre de free jazz, chaos et anarchie semblent régner en maitre chaque instrument devant forcer le passage pour apparaitre ne serait-ce qu'un instant.

Et c'est sur ces notes de folie de cette exploration du Void béant. Bon nombre de groupes stoner fleurtent avec ce magnifique chaos musical et en retire une folie délicieuse. Voyageurs n'hésitez pas à explorer le trou noir béant ! 


0 Commentaires