INTERVIEW DEADLY VIPERS - DURNT FESTIVAL 2eme EDITION


crédit photo : Edko Fuzz

Dans le cadre du DURNT FEST qui s'est tenu les 2 et 3 novembre 2018, j'ai eu l’opportunité d'interviewer Deadly Vipers. Les Perpignanais se sont gentiment prêté à l'exercice. Entre rires francs et réponses sérieuses, retrouvez ici leurs réponses après 30 minutes de conversation à bâtons rompus.

La Planète du Stoner Rock : Pour les 3 malchanceux qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous vous présenter s'il vous plait?
Fred : Alors moi c'est Fred, je suis chanteur de Deadly Vipers depuis plus de 2 ans, j'ai 36 piges et je suis originaire de Perpignan. 
Vincent : Vincent batteur de Deadly Vipers , 31 ans, je suis chez les Deadly depuis le début. Je connaissais David d'un ancien groupe et donc quand il a composé les Deadly , il m'a proposé de les rejoindre.
Tom : Moi, c'est Thomas bassiste des Deadly Vipers depuis le début. J'ai 28 ans et j'ai arrêté de boire il y a quelques mois (rires).
David : Et pour finir moi c'est David, j'ai 28 ans et je suis l'instigateur du groupe (rires).

La Planète du Stoner Rock : Vous avez sorti l'album l'année dernière chez Kozmik Artifactz, vous avez reçu des critiques dithyrambiques de partout, vous vous attendiez à de tels retours? Ça vous a fait quoi?
Vincent : A vrai dire, on ne s'en rends pas bien compte. Malheureusement étant isolés dans le sud, nous tournons peu. On se donne les moyens de tourner un peu plus mais ce n'est pas facile.  
Fred : Les retours ont été encourageants et ça incite à fournir encore plus d'efforts.

La Planète du Stoner Rock : Vous commencez à pas mal tourner, vous êtes sur votre deuxième date en région parisienne, la première a eu lieu avec Below The Sun, c'est quoi l'avenir pour vous? Essayer de partir sur l'étranger ou tenter de prendre d'assaut l’hexagone?
Fred : On ira surtout là où on est prêt à nous accueillir, on serait très flatté si on accepte de nous signer pour des concerts très loin (rire général). Pourquoi pas le Red Smoke Festival? Après nous savons que l'on doit rester alerte dans le système, et pas baisser sa garde car avec les éloges qu'a reçu "Fueltronaut", nous sommes assez contents et nous n'avons pas envie de laisser la chose s'épuiser. Et c'est pour cela que nous avons l'intention de repartir en studio pour donner une suite à l'album. 

La planète du Stoner Rock : Pour revenir à la tournée, es-ce que vous avez eu l'opportunité d'être démarché par des festivals étrangers ou peut être faire des tremplins à l'instar du Voice Of Hell pour le Hellfest pour augmenter un peu votre visibilité?
Vincent : Non, les tremplins, nous avons décidé d'arrêter. 
David : Le problème des tremplins c'est que c'est souvent pour un style musical déjà préconçu avec une idée précise de ce qu'ils veulent. Et généralement, nous ne faisons pas la musique attendue (rires). 
Fred : Pour le Voice Of Hell, en fait, nous avions commencé à nous renseigner, Tom avait fait les démarches et au final nous avons réfléchi à deux fois et on s'est dit "non".
David : Nous avons a eu la chance de faire des tremplins de manière locale quand on a commencé, et nous avions gagné certains sans prétention. Et maintenant voilà, si le Hellfest veut nous faire jouer, ils nous appellerons. Je pense que ça se fera tout seul, c'est une question d'opportunités.
Fred : Ensuite nous avons eu des propositions de festivals "fantômes" genre en Estonie ou aux Pays-Bas (rires).
David : En gros on nous contacte, on réponds et là, plus de réponses (rires). Quand l'album est sorti, nous avons eu pas mal de propositions mais jamais finalisées. 

La Planète du Stoner Rock : je vais m'adresser désormais aux deux "gratteux", si on vous suit sur les réseaux sociaux, on vous voit régulièrement, à l'instar de Sleep, modifier vos instruments. D'où vous vient cette passion ?
Tom : Pour le coup, c'est surtout David (rires). Moi, je regarde et j'admire. 
David : Alors ça vient du fait que quand tu n'es pas riche, tu trouves des idées (rires), tu te donnes des buts et ça finit par marcher. Après, j'aime bien "bidouiller". Je me dis "tiens ça m'a l'air compliqué, si je le fabrique ça sonnera peut être pareil" et puis peut être l'améliorer (rires). Je travaille dans un magasin de musique, je répare des guitares, des pédales d'effet et des amplis. Je suis d'abord rentré en tant que vendeur et au fur et à mesure, j'ai évolué et j'ai appris sur le tas mais la passion était déjà là. Après généralement, nos guitares custom sont fabriquées par Domi, un luthier de Perpignan, qui s'occupe de nous depuis 5/6 ans. Nous en sommes plus que content, ce sont des pièces uniques et elles sont magnifiques. Et depuis peu, j'ai été enrôlé par les guitares Duesenberg.

La Planète du Stoner Rock : je vais passer désormais à des questions plus personnelles. Votre premier morceaux de Stoner que vous avez entendu c'était quoi? 
Fred (sans hésiter) : "funéropolis" d'Electric Wizard.
Vincent : Ça devait être du Kyuss. Quand David est venu me proposer son nouveau projet, il m'a dit "j'ai une idée, un projet Stoner tu vas voir" et je lui ai dit "oui, bon ok, donnes moi une setlist et je verrais" et ça a commencé par du Kyuss.
Tom : Pour moi ce fut pareil, puis j'ai découvert seul Mars Red Sky.
David : Je pense qu'involontairement ça était "Evil Eye" de Fu Manchu et après beaucoup de Queens Of The Stone Age. Puis Kyuss et toute la scène de Palm Desert, ce que je préfére au final c'est le Stoner Californien.
Vincent : Au final, si c'est simplement Ozzy ? 
(S'en suit une conversation sur Black Sabbath et son effet sur la scène en tant que groupe originel et la re-découverte comme influence pour les groupes fondés dans les années 2000).

La Planète du Stoner Rock : et pour l'année qui vient de s'écouler vous avez fait des découvertes?
FredChurch Of The Cosmic Skull ! C'est fun, ça n'utilise pas du Fuzz à tout va non plus. Ce qui est étonnant c'est qu'ils sont signés chez Kozmik Artifactz et on se demande d'ailleurs ce qu'ils foutent là (rires). Ça m'a bien fait rire, c'est une vraie découverte de cette année et j'aime beaucoup leurs chansons. J'ai trouvé ça original dans le milieu, ça bouscule un peu les codes.
Vincent : Moi, rien de nouveau en ce moment, j'écoute surtout du Clutch. Je réécoute les paternes de batterie mais je n'ai pas encore écouté leur dernier album. 
Tom : Alors il y en a deux. Weedpecker "III" que j'aime vraiment. Ce n'est pas du tout dans notre style et ça me permets d'écouter autre chose donc c'est très intéressant. Et après Sasquatch " Maneveurs" , comme d'habitude, ils ont cassé la baraque. 
David : Franchement c'est difficile! Forcément, Sleep que j'ai dévoré et le nouveau Fu Manchu, Elder également. Ah mais j'ai surtout oublié : le nouveau Brant Bjork ! Celui-là je l'écoute 4 fois par jour. Il est Funky, Soul, il y a un peu de tout en gardant la patte "Mister Cool". 

La Planète du Stoner Rock : dernière question, la plus difficile : il ne vous reste qu'une seule chanson (tout styles confondus) a écouter jusqu'à la fin de vos jours, vous choisissez laquelle?
Tom (aucune hésitation) : Wo Fat - "Read The omens" ! Je peux tout casser si je l'écoute ! (rires)
Fred : "House Of The Rising Sun". Elle peut prendre n'importe quel aspect, qu'importe ton état d'esprit. C'est dans l'absolu ma chanson préféré . J'ai l'impression de la connaitre depuis toujours, j'ai une sorte d'attachement à cette piste. 
Vincent : Ce serait plus Kyuss - "El Rodeo". Elle a un univers superbe, j'aime beaucoup cette chanson. 
David : C'est horrible comme question ! (rires) Il y en a tellement! Peut-être Kyuss - "Gardenia", cette chanson représente totalement ce qu'est le Stoner pour moi. Après il y a aussi Graveyard - "The Siren", je peux me la passer en boucle, il y a tellement tout dans cette chanson: le coté blues calme, le coté mélodique suivi de l'énervé.

La Planète du Stoner Rock : je vous laisse désormais le mot de la fin.
Deadly Vipers :  Merci à toute la rédaction de la Planète du Stoner Rock du soutien incroyable que vous nous donnez depuis le début. On remercie également toutes les associations qui ont cru en nous, de Barcelone à Paris, tout les gens qui ont acheté l'album, qui l'ont téléchargé, ceux qui prennent le temps de nous laisser des messages sur Bandcamp, sur Facebook. Merci à tous.

https://deadlyvipers.bandcamp.com/
https://www.facebook.com/Deadly1Vipers/






Archives du blog

La Planète du Stoner Rock 2016. Fourni par Blogger.