Après avoir débarqué à Berlin nous voilà déjà mon compère Simon et moi même en route pour le DesertFest. Un coup d’œil à la montre et il est déjà l'heure de nous hâter pour le premier groupe. Première impression lorsque l'on pénètre les lieux, l'intérieur est sombre, très sombre. Seuls les lumières des stands de merch et de restauration émettent une faible lumière si bien qu'après quelques heures à l'intérieur on perd vite la notion du temps.

Mais je digresse.

Graisse.

Justement en parlant de graisse le premier groupe qui nous accueille n'est autre que The Devil And The All Mighty Blues. Pour les avoir aperçu lors du Red Smoke Festival, les nordiques savent allumer le feu.Les nouveaux titres s'incorporent sans trop de soucis et le combo nous offrent un set puissant, ouvrant les hostilités de la plus belle des manières.



Nick Oliveri et ses compère de Mondo Generator prennent le relai. Après deux titres on se dit que son desert rock nous assèche vachement le gosier et qu'il serait temps d'aller saluer la buvette comme il se doit.

Les suisses de Monkey 3 prennent la suite. Je dois dire que je ne savais pas quoi attendre du groupes, les helvètes m'ayant tantôt soufflé le chaud et le froid. Et ben il ne m'a pas fallu longtemps pour être rassuré. Le quatuor nous offre un set de toute beauté, cosmique et aérien qui emmène le spectateur vers d'autres cieux.



S'il y avait un groupe que j'attendais avec impatience lors de cette première journée c'était bien Earthless. La bande a Mitchell ont livré un super show, Mario n'enviant en rien à la batterie le talent que l'on connait à monsieur Mitchell. Par contre chose étrange, le groupe était plutôt carré. Les titres du dernier album s’enchaînaient sans fioriture, le groupe se permettant de jammer seulement sur un seul titre.


Ce n'est pas tout les jours que l'on peut voir un groupe légendaire et donc quand Witch a été annoncé, j'étais vraiment étonné que le festival a réussi à réserver le groupe non pas une fois mais deux. Certains français ayant eu la chance de voir le groupe se pointer au Warm Up du Desert Fest la veille. Niveau du concert un set puissant et vraiment excellent peut être un peu moins groovy  que sur LP mais on leur passera l'incartade tellement le plaisir est grand de les voir jouer.



La soirée continue avec une autre tête d'affiche : All Them Witches. Le groupe a sa petite réputation, plusieurs membres d'autres groupes étant sortis de leur tanières VIP pour regarder le set des natifs de Nashville. C'est vraiment que le son de leur dernier album, riche avec une touche de prog s'affirmant de plus en plus suscite la curiosité. Que puis je dire sinon que le set était beau et poétique.



Il se fait déjà tard et c'est déjà à minuit passé que les allemands de Colour Haze prennent contrôle de la scène. Si le groupe a l'habitude d'envoyer ses auditeurs dans l'espace pour ma part il m'envoie dans les bras de Morphée. 



Et c'est donc terrassé par cette déesse grecque que nous rentrâmes, les étoiles pleins les oreilles.

0 Commentaires