Le stoner-rock a toujours été considéré comme une forme de sous-genre de la sphère Metal. Seul le canadien Martin Popoff, journaliste spécialiste du Heavy-Metal et du Hard-Rock, avait suffisamment pris le mouvement au sérieux pour y consacrer un ouvrage complet, en anglais. En France, quelques rares journalistes spécialisés y virent l'avenir d'un rock alors moribond, alors que le grunge n'a pas encore explosé à la face du monde. Le regretté Cyril Deluermoz de Rock&Folk, et Jean-Charles Desgroux furent de ces pionniers au nez fin. Comme il l'explique par ailleurs dans cet ouvrage, grunge et stoner étaient les deux pendants d'un même mouvement de la scène rock en rébellion contre l'establishment musical, mêlant Black Sabbath et punk hardcore.

Stoner-Blues For The Red Sun, le premier ouvrage sérieux sur le stoner-rock et sa galaxie



Jean-Charles Desgroux étant de ces journalistes sur la brèche du stoner depuis ses balbutiements discographiques, sa légitimité à écrire un ouvrage sur le genre est donc totale. La première partie est consacrée à une explication des origines du mouvement. Et elles sont capitales. Passionné, Desgroux a parcouru la Californie, enquêtant sur les traces de cette musique : la région, sa population d'hier et d'aujourd'hui, les lieux emblématiques, studios, sites de generator parties. Il a rencontré de nombreux musiciens, producteurs… Sa vision est donc très complète pour expliciter le stoner dans son contexte : celui du désert de Mojave, des alentours de Palm Springs, irradiés de soleil, mais aussi carbonisés de misère sociale. Comme à Seattle, les jeunes en rupture et les marginaux se sont retrouvés dans cette musique acide et violente dont les racines remontent au milieu des années 80.

L'auteur évoque ensuite l'histoire du genre de la fin du vingtième siècle à nos jours, ses connexions avec le doom, les différentes scènes : anglaise, allemande, nord-européenne… Car le stoner ne fut pas, contrairement au grunge, un mouvement uniquement américain. Rapidement, dès le milieu des années 90, il a fait émerger des formations aussi diverses que Electric Wizard, Colour Haze, The Heads… Le stoner américain se découpe déjà en plusieurs scènes bien distinctes : le stoner originel de la Desert Valley, le sludge des bayous, le stoner-doom des environs de San Jose, le stoner-grunge des environs de Seattle….

Après ces explications posées, passionnantes même pour l'amateur averti, Desgroux égrène une sélection d'albums qu'il juge capitaux pour le genre. Si cet exercice est toujours subjectif, l'auteur s'en sort brillamment. Les meilleurs formations, d'hier et d'aujourd'hui sont là : Kyuss, Queens Of the Stone Age, Brant Bjork, Sleep, Fu Manchu, Cathedral, Sleep, Monster Magnet, Corrosion Of Conformity… mais aussi Elder, Torche, Baroness…. Parmi ces grands noms, Jean-Charles intègre quelques raretés oubliées à découvrir : Five Horse Johnson, Scissorfight, Altamont… Pour chaque groupe, il ajoute des albums supplémentaires qu'il juge essentiels, ainsi qu'une sélection supplémentaire appelée Addenda.



En conclusion, Jean-Charles Desgroux évoque ses sources : ses visites régulières en Californie, ses rencontres, mais aussi quelques livres, des magazines (dont Jukebox Magazine, dont fait partie votre serviteur), et des sites internets. La Planète Du Stoner-Rock est mentionnée et nous en sommes extrêmement fiers. Que nos articles aient pu faire découvrir des disques à des passionnés anonymes comme à des pointures de la presse musicale est un honneur. Le stoner est une grande famille dont le seul objectif est de faire découvrir au plus grand nombre de la bonne musique hors des sentiers battus.

Que faut-il en retenir ?



Pour l'adolescent fan de stoner que je fus dès 1992 avec « Blues For The Red Sun » de Kyuss, il aura été l'occasion de me replonger dans tous ces disques, parfois un peu délaissés sur une étagère. Cet ouvrage, le premier sur le genre en français, très complet et passionné, sera une très bonne lecture accompagnant vos écoutes d'albums.



0 Commentaires