Cela faisait un petit moment que je n'étais pas parti à l'aventure, à la recherche de la cachette du fuzz sacré. L'été arrivant je me suis dit qu'il était bien grand temps de s'y mettre , la période estivale apportant sa touche de beaux disques.

Kroh - Necromancer


La vie de groupe est agité surtout lorsque l'on est en pleine session d'enregistrement. Kroh, groupe de groupe de doom occulte britannique, se sépare en plein studio. Il en résulte une petite galette de 3 titres publiés quelques mois plus tard. Et vu leur qualité on ne peut que regretter la séparation du groupe. La partie instrumentale a été développé et mise en avant, la chanteuse Oliwia et un peu plus en retrait, sa voix ajoutant un cachet sombre aux riffs de Paul Kenney. Les influences sont là notamment sur le titre Slaughter qui sonne très Paradise Lost notamment sur ses solos. Bref on ne peut que regretter la fin de ce groupe.

Octopussy - Distant Shoes 




Les 'Clutch' polonais d'Octopussy sont de retour avec un nouvel EP 'Distant Shoes'. Au programme un album encore plus calibré pour le live, des refrains catchy, une percu à taper du pied sur le sol tout est fait pour accompagner l'énergie de leur colosse de chanteur. On retiendra des titres comme There Will be Me à la senteur d'Ouest sauvage ou Higher et son refrain créé pour être scandé par une centaine de gorges.

Electric Moon - Beacon Light Hereafter



Les maîtres de l'acide rock sont de retour avec un split partagé avec Terminal Cheesecake. Un seul titre est à se mettre sous la dent, mais c'est un gros bébé de 21 minutes ! Electric Moon délivre ce qu'on attend d'eux, une maîtrise du voyage astrale, une exploration des sens et des émotions dans un grand huit bariolé. 

King Hobo - Mauga



 Enfin mon coup de coeur du moment, il s'agit de 'Mauga' de King Hobo. Super groupe rassemblant monsieur Gastner à la batterie, Per Wiberg (ex-Opeth) et Thomas Anderson. Cet album est une quintessence rock. Tellement d'éléments, d'influence et de style se mélangent qu'il est difficile de coller une étiquette sur cet album. On pourrait citer pelle mêle 'Hobo Ride' à l'odeur Clutchienne, le blues jazzy de 'King Blues' ou encore la promenade groovy 'Twilight Harvest'. Tout n'est que sucreries dans cet album, aucun titre n'est à jeter, le trio est complémentaire et ce 'Mauga' pourrait être très bien dans bon nombre de liste de fin d'année !  

PS : Je profite de parler de King Hobo pour parler de l'autre groupe de Per Wiberg et Thomas Anderson : Kamchatka. Despotz Records vient de publier leur deux derniers opus sur Bandcamp. Si vous aimez Graveyard ou Gin Lady mais dans une version plus agressive avec des riffs dantesques jettez vous sur Kamchatka (Et puis la voix d'Anderson quoi ! )

0 Commentaires