Pretty Lightning a un gros défaut, celui de ne pas être passé plus tôt dans mon radar. Si je connaissais leur excellent album de 2015, je ne mettais pas arrêté plus que ça sur ce duo de Saarbrucken.Et grand mal m'en a pris car Pretty Lightning vaut vraiment le détour et ce que j'ai réalisé en écoutant ce 'Jangle Bowls'.

'Jangle Bowls' est la porte ouverte à un périple halluciné


Si lors de leur premiers efforts on pouvait décrire leur son comme un mix de krautrock à la Amon Dull II et de blues le duo a évolué et explore dans ce 'Jangle Bowls' un son psyché plus heavy.
On retrouve cependant leur blues psyché dans des titres comme Greyhound ou Boogie At The Shrine, riffs reposant qui prête à l'évasion dans une campagne verdoyante.
Bref ce mix entre blues et rock psyché est vraiment un élément que j'apprécie dans ce groupe car je trouve ces deux genres diamétralement opposés et leur donner une telle cohérence est un vrai tour de force.

Au fur et à mesure de l'écoute les influences deviennent visibles, le Velvet Underground comme base 70's ou plus récentes avec les Black Angels.
La référénce est peut être plus flagrante quand on est un fan du groupe d'Austin mais des titres comme Jangle Bowls, Eternity ou Shovel Blues donnent l'impression d'être fait lors d'un jam avec la bande texanne de Jake Garcia: 
La même voix tunné, ce groove grisé, cette danse nostalgique qui se saisit de nous (Rarara et son clapping en la meilleure illustration ! ), on pourrait voir le groupe au programme du Lévitation tellement l'ambiance du festival semble leur correspondre.
Cet album est un recueil de riffs entêtants, des appels à la perdition dans cette nébuleuse sonore que le groupe déploie. Voo Doo Boo, Hum, Jangle Blowls contiennent ses moments qui rendent le heavy psy si spécial.

Que faut il en retenir ?

Il s'agit du deuxième album des allemands sur le label Fuzz Club et je comprends pourquoi cela a du sens maintenant. Pretty Lightning a toute sa place parmi ces groupes ayant décidé de distordre votre monotonie à coup de riffs distordus et distant, ouvrant la porte de l'évasion depuis votre canapé.
Confinement oblige, on en remercie le groupe.

0 Commentaires