Originaire de l’île de Chypre, petite île située au large de l’Asie mineure mais de culture – principalement – européenne, Arcadian Child a sorti son dernier cru, « Protopsycho », en ce début du mois d’octobre chez Ripple Music et Rebel Waves Records. Après s’être faits remarqués avec « Superfonica », les chypriotes ont-ils réussi un nouveau tour de force avec cet album ? La réponse ci-dessous !

« Protopsycho » d’Arcadian Child, un album à cheval entre Orient et Occident

L’album s’ouvre avec ‘Snakecharm’ qui plonge son auditeur dans les contrées par-delà du détroit du Bosphore, avec une musicalité très orientale. Chypre étant à la croisée des cultures occidentales et orientales, il va-de-soi que le groupe arrive à intégrer des éléments orientaux dans un genre musical qui est né en Occident. ‘Wave High’ continue sur cette lancée orientale, mais avec un côté groovy que ce soit dans les sonorités ou bien dans le chant qui donne largement envie de se trémousser. ‘Sour Graves’ sonne plus lourd que les deux précédents titres, mais arrive à garder ce je-ne-sais-quoi d’oriental - probablement au niveau de la rythmique – mais avec une fuzz douce très agréable.

Une fois la moitié de l’album passée, « Protopsycho » aborde une autre facette. Que ce soit dans les sonorités ou bien dans la structure des morceaux, on s’éloigne des rives du Moyen-Orient pour revenir à un rock psyché plus classique. Alors, est-ce dommageable pour l’album ? Personnellement, j’aurais apprécié avoir quelque chose de plus uniforme mais il faut bien reconnaître que les titres sont d’une très grande qualité. En même temps, Arcadian Child s’est taillé une réputation sur la scène psych et ces titres montrent toute l’étendue du talent du groupe dont la piste ‘Protopsycho’ en est un excellent exemple.

Que faut-il en retenir ?

Avec « Protopsycho », les chypriotes d’Arcadian Child poursuivent inlassablement leur rock psychédélique. Avec une sonorité orientale vraiment plaisante – et savamment maîtrisée – cet album apporte un petit vent de fraîcheur en cette fin d’année. On peut être dubitatif sur le fait que l’album soit « coupé en deux » avec une seconde partie plus classique, mais toujours d’une très grande qualité. En somme, un excellent album de psyché en cette fin d’année !

0 Commentaires