Stöner est un des derniers projets en date de Brant Bjork, Nick Olivieri et Ryan Gut. Bref, des hommes dont la réputation n’est plus à faire. Alors, quand les trois compères ont décidé de monter Stöner, on attendait de voir ce qu’ils allaient nous servir, notamment par le biais d’un concert dans le désert fin 2020. Après plusieurs écoutes insatisfaisantes, je me suis replongé dans « Stoners Rule » depuis sa sortie et je dois bien avouer qu’il est plus sympa que je le pensais…

« Stoners Rule », une ode au désert californien

Une chose est sûre avec cet album : il est marqué au fer rouge par Brant Bjork. Donc les amateurs de Mr Cool ne seront pas du tout déçus puisqu’on y retrouve tout ce qui fait le charme de ses albums : coolitude, groovitude avec une pointe de blues. Mais il faut bien aussi avouer que la ligne de basse tenue par Mr Olivieri est tout aussi charmante avec son côté rugueux et sec dont les morceaux ‘Rad Days Rad’ ou encore ‘Own Yer Blues’ en sont de bons exemples.

Côté groovy, vous ne serez aucunement déçu par le titre ‘Stand Down’ qui est juste monstrueux de simplicité mais aussi d’efficacité. En quelques notes on retrouve tout le charme de Brant Bjork qui prouve, une fois de plus, toute l’étendue de son talent. On retrouve cette touche sur le titre à rallonge ‘Tribe/Fly Girl’ qui fait la part belle a tout ce qu’on peut trouver dans « Stoner Rule » : du blues, des riffs et de la coolitude. L’album se conclut par le titre très énergique ‘Evel Never Dies’ chanté par Olivieri et qui aborde une facette très (trop ?) punk, mais qui sait parfaitement trouver sa place au milieu du désert.

Que faut-il en retenir ?

Avec « Stoners Rule », le trio californien réussit son coup avec brio. Certes, nous sommes en terrain connu et les compères ne révolutionnent rien du tout. Ils poursuivent sur un chemin tout tracé et viennent apporter une pierre à l’édifice de la carrière de Mr Cool : ce projet transpire davantage Bjork qu’Olivieri. Mais retrouver deux ex-Kyuss ensemble pour nous chanter tout leur amour du désert californien et dans une moindre mesure de la scène, c’est juste cool. Le disque de l’été à écouter pendant un barbecue et en bonne compagnie.

0 Commentaires