Black Rainbows - Pandaemonium | Review


Deux ans après leur dernier opus et après un changement du côté du batteur, les italiens de Black Rainbows signent leur retour cette année avec leur sixième album qui s’intitule « Pandaemonium ». J’ai pu le découvrir en avant-première et je n’ai pas peur de te dire que tu vas te prendre dans la face un tsunami de fuzz et de riffs, et ce, pour ton plus grand plaisir !

« Pandaemonium », ou l’incarnation du stoner rock psychédélico-groovy


Dès les premières secondes de ‘Sunrise’, on reconnait la patte de Gabriele Fiori sur la guitare avec cette signature sonore très spécifique au groupe, notamment sur la fuzz avec son sustain assez poussé. L’arrivée de Filippo Ragazzoni derrière les fûts fait sonner l’ensemble plus lourd que sur les précédents albums. Ça se remarque sur la plupart des pistes, mais surtout sur ‘High to Hell’ où la puissance de la batterie et de la basse viennent parfaitement accompagner le grand déballement de riffs à la guitare ! A l’écoute de « Pandaemonium » on ressent les influences de Fu Manchu au niveau des riffs - mais aussi de Black Sabbath - notamment sur le titre ‘Grindstone’ qui sonne véritablement très lourd : je n’ose imaginer la lourdeur d’un tel titre lorsqu’il est joué en concert ; la foule sera vite mise K.O ! Ce titre est tout aussi remarquable quant à son solo de guitare qui est vous propulse dans les airs et vous fait entrer dans un état second où on se prend à lever les bras en l’air comme pour mieux en absorber les effets !

Ce qui fait partie intégrante de l’identité de Black Rainbows, c’est cette faculté à inclure des éléments de heavy psych dans leur musique ; et « Pandaemonium » ne déroge pas à la règle. Des titres comme ‘Supernova & Asteroids’ qui fait office d’interlude dans l’album ou encore l’excellent solo de ‘The Abyss’ vont vous propulser dans des confins de l’espace encore insoupçonnables ! Impossible de faire l’impasse sur le morceau ‘13th Step of the Pyramid’ qui clôture l’album puisqu’il est le plus psychédélique de l’album avec notamment la présence d’un thérémine qui ajoute une dimension mystique au titre. Il  faut aussi reconnaitre que « Pandaemonium » a un côté groovy très plaisant notamment grâce à la voix de Gabriele, reconnaissable entre toute, qui ajoute une sorte de touche de coolitude à l’ensemble musical. Le nouveau batteur à tendance à se laisser porter par la musique et donc joue moins « sèchement » que son prédécesseur tout en gardant une bonne dose d’énergie pour percuter les fûts. Ainsi, on se laisse aisément porter par la musique, que ce soit au niveau des riffs, des solos mais aussi de la partie rythmique. Tout ce petit monde joue de concert et d’une façon décontractée pour donner à « Pandaemonium » un côté groovy qui est sexy à souhait.

Que faut-il en retenir ?


Avec « Pandaemonium », les romains de Black Rainbows reviennent en grande force ! Que ce soit du côté des riffs qui sont déballés ou bien des solos ahurissants, on se retrouve en présence d’une grosse dose d’énergie qui devrait trouver de nombreux adeptes. Moins posé que son prédécesseur, ce nouveau cru des Black Rainbows se veut dans la lignée de « Hawkdope » mais arrive à sublimer le tout en poussant son côté psychédélique et en y ajoutant une grosse touche de groovy à l’ensemble. Pour conclure, on peut facilement dire que « Pandaemonium » sera sans aucun doute l’un de ces disques qui vont faire l’année 2018 dans le stoner rock !

Archives du blog

La Planète du Stoner Rock 2016. Fourni par Blogger.