Fu Manchu - Clone of the Universe | Review


Ils sont de retour ! L'année 2018 est donc marquée au fer rouge par la sortie du nouvel album des californiens de Fu Manchu, « Clone of the Universe ». Et si leur dernier cru, « Gigantoid », était sympa mais sans plus, on peut dire que ce dernier fait office de petite bombe. Car oui, chers lecteurs, « Clone of the Universe » va vous donner envie de vider votre épargne pour acheter un van et partir sur les bords de mer avec vos potes, faire des festivals et siroter de la bière sous le soleil !

Clone of the Universe, un véritable retour aux sources


D'entrée de jeu le titre 'Intelligent Worship' donne le ton de l'album avec un riff qui vient vous percuter de plein fouet, à se demander si vos cotes ne vont pas perforer vos poumons tant le choc est violent ! « Ben quoi ? Fu Manchu à l'habitude de déballer des riffs comme ça non ? Y'a rien de nouveau sous le soleil ! » Oui c'est vrai, et c'est dur de contredire cet argument ; mais pourtant en tant qu'amateurs de riffs, ces derniers se veulent plus mémorables que sur les dernières productions des albums précédents à l'instar de 'Don't Panic' qui déménage sévèrement ou bien celui de 'Slower Than Light ' qui nous rappelle un titre bien connu de l'album « In Search of... » (mention spéciale à cette ligne de basse qui est juste magique, merci Brad Davis!).

Fuzz – Wah. Tel est le slogan qu'on peut apercevoir sur le site de Fu Manchu. Évidemment, avec une recette comme celle-ci, on peut facilement dire que le groupe ne change jamais. Tout est une question de point de vue, certes ; mais il ne faut pas oublier qu'en près de trente ans de carrière les californiens continuent de faire ce qu'ils font de mieux : nous faire secouer la tête de haut en bas pour notre plus grand plaisir et la piste 'Clone of the Universe' en est sans aucun doute la meilleure démonstration avec son côté heavy à souhait ! La grande surprise de l'album vient du morceau qui clôture cet épopée riche en riffs : 'Il Mostro Atomico'. Le monstre atomique, c'est plus de dix huit minutes de jam tout en lourdeur qui donne une véritable leçon sur la lourdeur en elle-même ! 'Il Mostro Atomico' c'est juste du pur bonheur à son écoute puisqu'il alterne moments lourds et légers prenants avant de redémarrer la machine à riff et à wah tandis que Scott Hill hurle dans le micro. Un grand moment !

Que faut-il en retenir ?


« Clone of the Universe » est une grande surprise. A vrai dire, c'était un album que j'attendais mais sans plus ; une semaine après il continue de tourner en boucle que ce soit à la maison ou en voiture (attention à ne pas faire d'excès de vitesse!). Clairement, Fu Manchu signe là l'un des albums les plus ambitieux de sa carrière. Certes la recette reste globalement inchangée depuis des décennies, mais les quatre compères ont su trouver une sacrée inspiration pour nous pondre des titres tous plus survitaminés les uns que les autres. Grosse mention sur le morceau qui clôture l'album qui pourrait justifier à lui seul cet album ! Le temps va être long d'ici le 2 mars prochain pour les voir au Trabendo à Paris ! « Fu Manchu is back motherfuckers ! »

Archives du blog

La Planète du Stoner Rock 2016. Fourni par Blogger.