Red Spektor - Red Spektor | Review

Heavy-blues prolétaire


Les cheminées des usines de pneumatiques de Stoke-On-Trent dégagent une épaisse fumée blanche qui flotte comme une haleine céleste aux relents de caoutchouc. La ville, située au nord de l'Angleterre, est un bassin historique de l'industrie lourde britannique. La cité vécut au rythme des mines de charbon et de minerai de fer, ainsi que de la sidérurgie. De ces villes laborieuses, comme Birmingham, Manchester, ou Sheffield, naquit le meilleur du Rock lourd des années 70 : Black Sabbath, Judas Priest, 50 % de Led Zeppelin, Chicken Shack, Trapeze


Il y fleure bon l'ennui pour les gamins, teinté d'une fierté de prolétaire. C'est que le soir, à la sortie de l'usine, il faut se vider la tête, trouver un palliatif pour évacuer le bruit des machines, du minerai qui se concasse, de la pièce d'acier en fusion qui se forge. On vibre au son du Boogie, du Hard-Rock, le tout arrosé de stout dans les pubs.


Pour les musiciens, c'est aussi et surtout l'occasion de fuir cet horizon moribond. Le Stoner est un monde cruel, et vivre de sa musique est souvent un vœu pieux, surtout quand on opte pour un son résolument Bluesy et psychédélique. Mais que les groupes cherchent à en vivre à plein temps, ou à jouer à côté de la besogne alimentaire, il s'agit de fuir ce monde de merde. Le besoin d'évasion psychique conjugué à une musique lourde imprégnée de Blues fait souvent des miracles. Car le Blues est ancré dans ces terres. Le prolo blanc s'est reconnu dans la souffrance des noirs américains. Il en a transposé sa frustration et sa colère païenne, et cette substantifique potion nous a offert Led Zeppelin, Black Sabbath, Ten Years After, Fleetwood Mac avec Peter Green, Cream, Savoy Brown, Jeff Beck Group avec Rod Stewart….


Cet héritage semblait bien loin depuis longtemps. L'industrie lourde avait fortement dérouillé avec Margaret Thatcher, et depuis à peu près trente ans, la critique britannique cherche les nouveaux Beatles. Oasis fit un temps illusion, mais au fond, cela n'était pas sérieux. Depuis, le Rock se meurt partout dans le monde, et la Grande-Bretagne oublia ses héros pour se rouler dans l'électro-pop et la techno hardcore, comme si comme l'autre pouvait remplacer cette âme profondément ancrée dans les chairs des hommes depuis plus de cent ans.

Red Spektor, ils ont le blues



Il ne faut pas grand-chose pour rallumer la flamme de la colère électrique. Il suffit juste d'un peu de frustration, et de quelque érudition musicale. Ainsi naquit Red Spektor en 2012. Composé du guitariste et chanteur John Scane, du batteur Darren Bowen, et du bassiste Rob Farrell, le groupe commence rapidement à écumer les clubs de la ville et de ses alentours. Le premier EP éponyme sort en janvier 2014 en autoproduction, et attire l'oreille du label Kozmik Artifactz. Le premier album paraît deux ans plus tard.


Il confirme toute la qualité de la musique de Red Spektor : une guitare saturée gargouillant de wah-wah, une basse aux relents jazzy courant derrière les riffs, et une batterie dynamique. On retrouve des saveurs similaires à Graveyard, mais c'est bien dans les deux premiers albums de Blue Cheer et dans le Heavy-Blues sale anglais du début des années 70 comme Leaf Hound que Red Spektor est allé chercher. Le son sale et organique de la guitare de Scane fait des merveilles, griffant joyeusement l'oreille de l'auditeur.



Ce premier album est à la fois gorgé de ces influences, mais aussi de la terre dont il est issu. Dense, imprégné de Blues électrique de la fin des années 60, de Proto-Metal, c'est un disque d'érudit, aussi efficace que discret. Il ne révèle ses secrets qu'après plusieurs écoutes attentives, au casque. On se laisse porter par la magnifique osmose de ces trois musiciens fascinants.

Que faut-il en retenir ?



Le disque compte dix morceaux, et il n'y a littéralement aucun temps mort pour qui vibre au son Proto-Heavy-Blues, pour qui « Outsideinside » de Blue Cheer est un orgasme absolu. Red Spektor baigne largement dans la science-fiction vintage et l'occulte, ce qui n'est pas sans me déplaire. J'aime les musiciens cultivés. 'Before The Sunrise' débute de manière assez massive sans trop bousculer l'auditeur. Néanmoins, les caractéristiques du trio sont affichées : basse ronde et omniprésente, entre Geezer Butler de Black Sabbath et Jack Bruce de Cream. La guitare est tendue, et gronde, vrombit, comme celle de Leigh Stephens de Blue Cheer, avec toutefois une maîtrise qui se rapproche de Jimi Hendrix. Le vrai grand coup de pelle dans la pomme arrive avec 'Pagan Queen'. Riff ravageur, rythmique mid-tempo démoniaque, le morceau vous tient à la gorge, et ne vous lâchera pas de toute sa saturation affichée. 'Timeless Requiem' est un puissant boogie spatial qui emporte tout sur son passage. Mais ce n'est rien avant le pinacle absolu de ce disque : 'Cosmonaut'. En trois minutes et trente secondes, c'est le plaisir total : un riff redoutable, gorgé de Blues overdrivé. La rythmique galope derrière avec une grâce infinie. Les roulements de caisse, les doigts de Farrell qui courent sur les grosses cordes métalliques de sa basse, les a-coups de wah-wah font de ce morceau une véritable pépite méconnue de Stoner-Rock Heavy-Psyché. Les doigts de Scane parcourt le manche avec délicatesse, les chorus fusent, le trip est total.


Le disque n'est pourtant pas à l'agonie. 'Elixir' est un Proto-Doom évanescent qui se charge d'électricité sur les refrains. 'Into The Maelstrom' est une pièce de musique plus spatiale. Un riff entêtant est accompagné de roulements de toms, pendant que la voix vaporeuse s'échappe en fumée au-dessus de la ligne de basse. On y distingue 'Planet Caravan' de Black Sabbath.


'Fields Of Fire' est un violent uppercut de Heavy-Blues, absolument ébouriffant de brio électro-acoustique. 'Torpedo Head' est un Boogie ravageur imprégné de saturation, un véritable obus, suivi d'une pièce d'artillerie du même calibre : 'Black Moon Rising'. Le disque se clôt sur un superbe Folk-Blues acoustique : 'Lost Soul'. Imbibé de cette âme celtique typiquement anglaise qui alimenta notamment Led Zeppelin, il surprend et émerveille par son audace musicale. Red Spektor publia avec son premier album un disque magnifique, riche, digne héritier de cette âme ouvrière anglaise des années soixante, un délice sonore à découvrir d'urgence.

Archives du blog

La Planète du Stoner Rock 2016. Fourni par Blogger.