La scène française de stoner doom est toujours en plein effervescence. Aujourd’hui on part à la rencontre de Witchgrove, un trio lyonnais de sludge-doom qui a sorti son EP « Goetic Songs » le mois dernier. Prenez-votre lampe torche, on va devoir traverser une épaisse couche de brume lugubre…

« Goetic Songs » de Witchgrove, une plongée dans le sludge-doom occulte


Dès les premières notes de la piste d’ouverture, le ton est donné. La batterie se montre dominatrice, la basse bourdonne et la guitare chante son riff à faire headbanguer n’importe quelle tête qui passerait par là. Et puis, soudainement, un chant mortuaire vient surplomber le monolithe sonore, le même chant que celui de Weedeater : celui qui nous fait sentir nos entrailles, qui nous fait prendre conscience de l’entièreté de notre corps. Le solo de guitare vient apporter un peu de légèreté par sa facette quelque peu groovy. Puis le riff nous rappelle le fait qu’on continue toujours de s’aventurer dans un marécage poisseux entouré d’une brume dense.

La piste « Sabbath Night » propose une alternative au chant guttural avec une voix plus douce et ayant un écho par moment ; comme si on cherchait à invoquer une quelconque entité surnaturelle. On quitte donc l’extrême lourdeur de la piste d’ouverture pour s’orienter vers un son plus astral ; un son moins lourd et poisseux. Mais prenez garde car cela ne dure que le temps de ce titre puisque « Mood For Love » rengaine avec un riff dévastateur porté par une batterie qui fait rappeler le jeu de Mark Greening, l’ex-batteur d’Electric Wizard. On revient donc dans les ténèbres, toujours à essayer de traverser les ténèbres qui nous entourent. Un solo de guitare se fait entendre dans les airs, les notes résonnent à travers la brume et l’ambiance prend une tournure plus sombre lorsque ce chant s’entend à nouveau. Moi qui suis habituellement assez hermétique au chant guttural, celui-ci prend une tout autre dimension avec cette musique ; c’est vraiment une très bonne surprise. Enfin, l’EP se conclue sur la piste « A Reason to Cry, to Despair, to Pray » qui commence par quelques notes aériennes avant de nous enfoncer six pieds sous terre avec un riff tellurique. La batterie et la basse s’emballent pour appuyer cet effet de lourdeur contre lequel il est inutile de se battre…

Que faut-il en retenir ?


« Goetic Songs » est indéniablement un excellent EP. Je ne suis pas un grand amateur des sonorités sludgiennes, mais Witchgrove a parfaitement réussi à maîtriser les différentes influences pour proposer quelque chose de frais. En proposant des riffs monstrueux portés par une voix puissante et qui prend littéralement aux tripes, « Goetic Songs » sonne définitivement comme l’un des EP les plus lourds qu’il m’ait été donné d’écouter. Après une telle traversée au cœur des ténèbres, on est prêt à renouveler l’expérience en appuyant sur le bouton « repeat » du lecteur…

0 Commentaires