Après avoir eu le plaisir de découvrir l’an passé « Aphasia », le groupe chypriote Stonus revient cette année avec « Séance », son troisième EP prévu pour le 26 mars 2021. Le groupe s’est principalement posé en tant que défendeur du heavy-rock à la sauce « Nightstalker » de leurs cousins grecs. C’est donc avec un certain plaisir que j’ai écouté cet EP. Verdict ci-dessous.

« Séance », un EP résolument percutant

Lorsque retentit les premières notes du titre ‘Evil Woman’ on s’attend à découvrir la suite et peut être même la conclusion « Aphasia ». Mais lorsque le refrain arrive, on se rend bien compte que l’ensemble sonne beaucoup plus nerveux et plus punchy. Toujours avec cette signature sonore proche de la scène grecque, le heavy-rock de Stonus a gagné en hargne. Cela trouve peut-être sa cause dans l’annulation de la tournée européenne à cause de la pandémie et que le groupe s’est retrouvé séparé entre Nicosie, Londres et Leeds. Les dernières minutes du titre ‘Evil Woman’ vont définitivement dans ce sens avec une colère qui explose tant au niveau du chant que de la musique.

‘Messianism’ pousse un cran plus loin la lourdeur de l’ensemble. Dès le départ avec son riff décousu qui monte doucement en puissance avant que toutes les saveurs s’exaltent dans un tourbillon de décibels. Le break au milieu du titre vient apaiser les choses avec les cymbales et le chant de Kyriacos qui s’élèvent dans le ciel… avant que les riffs abrasifs rentrent de nouveau dans la danse et permettent de conclure un titre empreint d’une véritable agressivité.

Enfin, « Séance » trouve sa conclusion avec le morceau ‘El Rata’. Ce dernier reprend toutes les caractéristiques de cet EP en commençant d’abord par la puissance hypnotique des riffs de guitare. Fidèle au schéma musical des précédents titres, il permet d’acter d’un point final cette démonstration du heavy-rock made in Stonus.

Que faut-il en retenir ?

Que du bon, assurément. « Séance » permet aux chypriotes de montrer une facette plus sombre, plus agressive de leur musique. Ce côté agressif se retrouve dans la composition des titres, notamment dans les riffs qui vous décrochent la mâchoire mais également au chant. Cet EP permet au groupe d’apporter comme une transition entre « Aphasia » et leur prochain album, qui sait… Au final, le seul regret est que les dix-huit minutes s’écoulent trop rapidement ! Dans tous les cas, c’est le petit plaisir de ce début d’année. Pour les intéressés, les précommandes ouvriront le 16 février prochain !

0 Commentaires