Red Fang - Only Lies | Review



Red Fang est de retour. On va dire que j’attendais avec joie et une certaine appréhension leur nouvel album : ‘Only Lies’. Si les américains ont été l’une des portes m’entrainant dans le monde merveilleux du stoner via leurs premiers albums ‘Red Fang’ et ‘Murder the Mountain’, j’avais trouvé ‘Whales and leeches’ en demi-teinte, le groupe remisant leur fouge du début pour une expérimentation un peu plus progressive.

Flies est le premier titre qui ouvre l’album et  sent bon la bonne vieille patate à la Red Fang. L’alternance entre les voix de Bryan Giles et d’Aaron Beam, les riffs de David Sullivan, le super jeu de batterie de John Sherman : Flies est une entrée en matière réussie qui rassure les fans de la première heure du groupe. Les gars de Portland sont bien de retour et ont décidé de nous botter l’arrière train.

L’opus navigue entre des titres assez typé garage rock comme Cut it short, à des morceaux plus  stoner doom voir limite métal comme No Air ou The Smell Of Sound.

Côté musical les gars font fort, la basse super groovy d’Aaron résonne dans tout au long de l’album, John Sherman décide de cogner sa batterie, comme sur I am a Ghost , pour notre plus grand bonheur.  Les titres font mouches que cela soit les morceaux au chant de Bryan ou ceux d’Aaron ou même quand ces deux-là décident de combiner sur un même titre. 

La Joconde de l’album reste Shadows, un morceau résumant tout ce qu’est Red Fang.  Un titre puissant, un refrain taillé pour s’implémenter dans votre crane, un break pour le riff magique de David. Bref à faire encadrer dans le Louvre du stoner.

Rien n’est à jeter dans cet album : The Deep est là pour balancer la purée,  Livin in lye sent la session de jam à plein nez ou encore le très huileux I Am A Ghost qui renvoie à une atmosphère poisseuse de live .

Not for you est un autre titre grandiose de l’album, fusionnant plusieurs atmosphères, groovy, puissant, lourd sans tomber dans l’excès, probablement mon titre préféré de l’album tant dans lequel on retrouve le son du groupe mais avec une touche de maturité.

‘Only Lies’ sonne pour moi comme un renouveau pour le groupe. Les titres sont plus direct, plus entrainant qu’à leur début, l’album semble traversé d’une part de fun et de folie qui démontre que les gars ont pris leur pied à nous balancer cet opus.

Est-ce que cet album est meilleur que leurs premiers ? Je ne saurai répondre et je vous laisse vous faire votre propre interprétation, mais en tout cas on ne peut que saluer le travail d’orfèvre que le groupe a effectué sur ce quatrième album !

Archives du blog

La Planète du Stoner Rock 2016. Fourni par Blogger.