[Live Report] Yuri Gagarin, Spaceslug, Strangeclouds - Klub Hydrozagadka, Varsovie 20-10-2017


Une nouvelle semaine et un nouveau concert à Varsovie. Honnêtement faudrait que l’on m’explique pourquoi la saison des concerts se déroulent sur l’automne et il faut attendre le printemps pour avoir de nouveaux des bons shows.
Enfin bref je divague, vendredi je suis donc parti pour voir Yuri Gagarin et Spacelug.

Arrivé 30 minutes en avance je m’inquiétais du peu de monde étant présent pour voir le premier groupe : Strange Clouds
Le quatuor ouvrit le bal devant une fosse quasi vide, le public préférant se condenser devant la console. Le groupe pas plus stresse que cela réveilla le public au rythme de leur compositions. D’ailleurs Strange Clouds est éclectiques : du garage au space rock en passant par un revival 70’s le groupe propose un véritable voyage. Mention spéciale au bassiste, Kajetan Zwolak, que j’avais déjà croisé avec Rah Pithia. C’est un vrai plaisir de voir le jeu de basse habité de ce dernier.


Le groupe laissa sa place pour l’attraction qui m’a fait faire le déplacement : Spaceslug. Pour comprendre mon niveau de fanitude, j’étais déjà accro à leur premier groupe, Palm Desert, qui officie dans un désert rock de bon acabit. Mais la avec Spaceslug les gars ont franchi un palier et bousculer la petite scène du space rock. Pour ceux qui ne l’ont pas encore fait, aller vous jeter sur Lemanis leur premier album pour comprendre la ‘révolution’ qu’ils ont engendré. Le set commence avec Living with the Eternal Now et les gars nous emmènent de suite très loin. Ce que je n’avais forcement remarque a l’oreille c’est que les 3 membres chantent à des degrés différents : si le bassiste, Jan Rutka, est le chanteur principal, le batteur Kamil Ziółkowski est la voix éthérée et le guitariste la plus rauque. Comment retranscrire le show à part essayer d’expliquer le voyage intersidéral offert par les gars de Wrocklaw. On voyage des titres plus en lourdeur de Lemanis au plus éthérée de Time Travel Dilemna tout en douceur. Les gars prennent du plaisir à jouer et ça se voit. Un moment Bartosz, le guitariste, décida de s’asseoir afin de mieux pouvoir gérer la multitude de pédales à sa disposition.






Le set se termine bien trop vite à mon gout. Du coup je réussis à attraper le bassiste afin de lui poser quelques questions. Apres lui avoir confirmé que les français apprécient grandement Spaceslug, le groupe aimerait bien pouvoir jouer dans l’hexagone mais cela ne sera pas pour tout de suite semble-t-il. Le bassiste reviendra également sur la collaboration qu’ils ont eue avec Sungrazer et l’envie de vouloir rendre un hommage sur Time Travel Dilemna au son déployé par les néerlandais.
Mais bon après un moment il faut bien retourner dans la salle pour voir la tête d’affiche : Yuri Gagarin. De suite il y a beaucoup plus de monde, la salle est quasiment bonde pour voir les suédois jouer. Ces derniers ont prévus plusieurs dates en Pologne et on peut voir à l’attitude du public que ce dernier est conquis. Personnellement j’ai un peu plus de mal, notamment avec le synthé qui donne un son très électronique comme un nuage de brouillard radio. Si je suis fan du Yuri Gagarin au casque à la maison, j’ai plus de mal avec leur performance live. Apres quelques titres, je décroche un peu et part plus tôt dévalisé le stand de Spaceslug.


Retour sur Terre à la fin du show. Le voyage prévu par l’association et les groupes m’ont convaincu de la force de la scène ‘space’ polonaise. Je repars pleins d’étoiles dans les yeux, attendant la prochaine fois où je pourrai caresser les nébuleuses.

Archives du blog

La Planète du Stoner Rock 2016. Fourni par Blogger.